Rubrique :


Le : 25 Février 2003

Le Monde mis à nu

« Attaquez-vous au Monde et les images noires du bannissement s'accumuleront au-dessus de votre tête », prévenait récemment Daniel Carton dans son impertinent essai sur les pratiques inavouables (mais avouées maintenant) des journalistes politiques (1).
Michel Legris, journaliste au Monde de 1956 à 1972 peut en témoigner, lui qui fut réduit au chômage et au silence pour avoir publié un brûlot dans lequel il dénonçait les méthodes d'un journal longtemps vanté dans les allées de tous les pouvoirs (2). Legris avait déjà soulevé un couvercle sous lequel, depuis des années, s'accumulaient bien des perplexités, bien des doutes et un malaise croissant quant à l'objectivité et à la probité de ce journal. Il avait notamment mis en joue les citations fausses ou tronquées, la dissimulation des échecs ou des forfaits d'un régime qui avait ses faveurs ou le parti pris systématique mis à noircir volontairement celui qui ne plaisait pas à ses rédacteurs. Moins de trente ans après la sortie du livre de Legris, Philippe Cohen et Pierre Péan ont décidé, à leur tour, de publier un ouvrage d'investigation saignant sur le « quotidien de référence » dirigé par le trio Colombani-Minc-Plenel, sévèrement mis en cause pour les deux journalistes.

Faut-il que le sujet soit sensible pour que l'éditeur et les auteurs se soient crus obligés de faire imprimer le livre en Espagne et d'observer le secret le plus complet sur cette enquête ? On pourrait se croire revenu au règne de Mitterrand où la publication du livre du même Pierre Péan sur la jeunesse vichyste de l'ancien président de la République avait été entourée des mêmes précautions.

Seul Denis Jeambar, patron de L‘Express, a eu le privilège de lire l'ouvrage qui a provoqué une véritable paranoïa rue Claude Bernard, où la contre-attaque se met en place pour riposter aux deux frondeurs qui ont mis à nu, preuves et chiffres à l'appui, le journal qui, au nom de la liberté d'expression et du débat démocratique, impose à son électorat un prêt à penser sorti de ses presses.

Un univers implacable

Les extraits (pour ne pas dire les bonnes feuilles…) publiés par L'Express mettent l'accent sur le cynisme et l'autocratie des patrons du journal, mais montrent surtout combien ces derniers font peu de cas de leur mission première, l'information.
Dénonciations à sens unique, abus de pouvoir, compromissions avec le pouvoir en place et les pouvoirs parallèles, lobbying affairiste, réécriture de la vérité, beaucoup de choses sont dites dans ces quelques chapitres qui révèlent, avant tout, l'imposture d'un journal qui distribue, au fil de ses pages, bonnes et mauvaises notes aux uns et aux autres et fait la pluie et la beau temps au sein de la galaxie politiquement correcte.

Après avoir décrit comment le trio C.M.P. a fait main basse sur le journal en 1994 en n'ignorant rien des subtilités du capitalisme bourgeois (un comble pour le trotskiste Plenel !), Péan et Cohen reviennent sur les relations troubles de Plenel avec la police. Curieux accouplement d'ailleurs… puisque l'on voit Joseph Krasny (nom de plume de Plenel dans Rouge et Barricades) entretenir les meilleures relations avec le syndicaliste de la FASP Bernard Delaplace, au point d'ailleurs de devenir son conseiller privilégié, de rédiger ses tracts et d'être le mentor de son journal syndical. Tout cela valait, bien sûr, quelques entrées place Beauvau et surtout des informations de première main sur telle ou telle enquête sulfureuse.

Ces relations ont, bien sûr, créé des habitudes. Faut-il, dès lors, s'étonner de trouver dans Le Monde de véritables fiches de police sur tel ou tel responsable politique ou syndical qui n'a pas l'heur de plaire au système en général et aux trotskistes du journal en particulier ?

Autre morceau de choix de l'enquête de Pierre Péan et Philippe Cohen : le chapitre consacré aux relations privilégiées d'Edwy Plenel avec Charles Pasqua au moment de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, véritable « candidat officiel » du quotidien (mais faut-il s'en étonner avec la place privilégiée occupée par Alain Minc ?). On apprend aussi comment, en pleine affaire Schuller - Maréchal (les écoutes illégales du beau-père du juge Halphen), Pasqua et Plenel s'arrangent pour faite s'indigner les lecteurs du Monde sur les méthodes policières utilisées dix ans auparavant sur ordre de François Mitterrand… Autre révélation intéressante, le rôle de lobbyiste joué par Jean-Marie Colombani en faveur du quotidien gratuit parisien 20 Minutes, importé en France par le groupe norvégien Schibsterd à la recherche d'un allié dans la presse française. Il fait ainsi la courte échelle (moyennement finances sonnantes et trébuchantes…) aux Norvégiens, allant jusqu'à tirer les sonnettes de Matignon et de la Mairie de Paris. Le journal sert de moyen de chantage : revirement total dans un article au vitriol attaquant les journaux gratuits lorsque les négociations s'enlisent et virage à 90 degrés quelques temps plus tard pour finir par imprimer 20 Minutes en partie sur les rotatives du Monde. Tout est dit.

Outre les confirmations sur les « média training » dispensés à certains hommes politiques payés largement (selon Péan et Cohen), Jean-Marie Colombani aurait tenté de faire établir sa résidence fiscale en Corse ou n'aurait pas hésité à « habiller » les comptes du journal (pourtant si prompt à dénoncer les méthodes Enron, Andersen et Cie). Au point que le quotidien serait en bien mauvaise santé financière.

Tout cela rappelle le livre de Michel Legris qui stigmatisait déjà les dérives gauchistes du Monde en ces termes : « Un attentat terroriste ne sera pas dénoncé avec la même force s'il est perpétré par tel ou tel groupe ayant les sympathies du Monde. Les victimes se partagent désormais en deux catégories : les victimes innocentes et les victimes tout court. Les massacres se diviseront en deux genres, selon qu'ils sont ou non dans le sens de l'histoire ».

Écrites en 1976, ces lignes n'ont pas pris une ride et complètent le tableau dépeint par les deux journalistes qui viennent de publier une véritable bombe à retardement. Est-ce pour en prévenir les effets dévastateurs qu'Alain Minc les a précédés en publiant de drôles d'Epîtres à nos nouveaux maîtres (3), où il bouscule allègrement les idoles Bové, Bourdieu et autres chantres du communautarisme, sauce Porto-Alègre ou Mac Do de Millau ? En tout cas, une chose est sûre, on est loin de l'esprit de l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen : « La libre communication des pensées et des opinions est un droit les plus précieux de l'homme. Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ».

Les nouveaux maîtres du Monde ont visiblement rangé depuis longtemps cet article au magasin des accessoires.


Françoise MONESTIER
© POLEMIA


(1) Bien entendu… c'est off de Daniel Carton (Albin Michel, 2003) – voir critique en rubrique « médiathèque ».
(2) Le Monde tel qu'il est de Michel Legris (Plon, 1976).
(3) Epîtres à nos nouveaux maîtres d'Alain Minc (Grasset, 2003).

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite