Rubrique : Société


Le : 01 Juin 2008

Un nouveau « Novlangue » (mise à jour 1)

Polémia a publié sur son site le 08/03/08 le nouveau dictionnaire « Novlangue » à l’usage de l’élite dirigeante et des médias.
http://www.polemia.com/contenu.php?cat_id=36&iddoc=1621

Son auteur, aujourd’hui, apporte une mise à jour. Ce dictionnaire comprend plus de 200 mots parmi les plus employés, répartis en cinq catégories :
-les mots trompeurs qui ont changé de sens et qui signifient souvent le contraire de ce qu’ils expriment
-les mots subliminaux qui sont utilisés pour produire certains effets chez le récepteur
-les néologismes qui expriment et marquent l’adhésion à l’idéologie dominante
-les mots tabous que l’idéologie dominante s’efforce de supprimer
-les mots sidérants qui visent à disqualifier les adversaires du système

Quand cela est apparu nécessaire une traduction en français courant a été proposée : elle est signalée par la mention : trad. (pour traduction) suivie de la traduction proposée
Polémia

A •

AFRICAIN. Homme pauvre, en général de couleur plus ou moins noire, qui vit principalement en Afrique et qui deviendra européen grâce à l’éducation et à la démocratie de marché ; selon l’idéologie dominante, un Africain immigrant en Europe devient naturellement un Européen auquel il est par nature égal, sinon supérieur.

ALLIE. Mot trompeur : terme ayant changé de sens. Il ne signifie pas une alliance entre partenaires égaux mais une relation de dépendance (trad. :satellite, tributaire. « La France est l’alliée des Etats-Unis » –, trad. « le gouvernement est subordonné aux Etats-Unis »).

AMBITION. Mot subliminal employé dans les médias pour décrire et valoriser les déclarations d’intention du président de la République, du gouvernement ou d’un ministre (trad. : promesse, discours).

AMOUR. Mot très employé dans les chansons (« love ») et censé tout résoudre (trad. : niaiserie). Voir aussi « dialogue ».

ANGLAIS. Langue des dominants. Note : il est de bon ton de ponctuer son discours d’anglicismes voire d’expressions purement anglaises (trad. : jargon).

ANTISEMITE. Mot trompeur ayant changé de sens ; aujourd’hui peut désigner toute personne critiquant une personne de religion ou d’origine juive, l’Etat d’Israël (selon les tribunaux) ou bien toute personne désignant l’identité juive d’une autre.

ARCHAÏSME. Mot péjoratif utilisé par l’élite dirigeante pour désigner l’identité nationale, s’écrivant en général au pluriel (trad : traditions)

ART MODERNE, ART CONTEMPORAIN. Mot trompeur. Théorie artistique inventée pour l’essentiel à la fin du XIXe et au début du XXe siècle et qui n’a donc rien de vraiment moderne ni contemporain (trad. : académisme, art officiel).

ATTAQUER (S’) A. Expression subliminale destinée à suggérer une martiale résolution (en général on « s’attaque à » des réformes) (trad. : envisager).

AUTRE. Voir « Respect ».

• B •

BANLIEUE, BANLIEUE SENSIBLE. Mot trompeur : zones où la population d’origine immigrée africaine est majoritaire (trad. : zone de résidence d’immigrants) ; voir aussi « Populaire ».

BATAILLE. Mot subliminal destiné à valoriser l’action pourtant souvent sans risques du personnel politique (ex. : « S. Royal se lance dans la bataille des élections ») ; on dit aussi « A l’assaut » ou « Se battre pour » (trad. : métier).

BEUR (BEURETTE AU FEMININ). Mot traduisant la réalité de la non-intégration des immigrés d’origine maghrébine qui se désignent d’abord par leur ethnie et non par leur nationalité (trad. : d’origine nord-africaine, Nord-Africain).

BOUC EMISSAIRE. Concept sidérant par lequel l’élite dirigeante s’efforce de masquer l’identité des personnes qui commettent le plus souvent des crimes et des délits, à la condition bien sûr que celles ci ne soient pas d’origine européenne et de religion catholique : lorsqu’un délit est commis par ces personnes, l’élite dirigeante s’empresse d’affirmer qu’il ne faut pas traiter telle ou telle catégorie de la population en « bouc émissaire » ; voir aussi « Stigmatiser ».

BOUGER (cf. FAIRE BOUGER). Terme par lequel l’élite dirigeante valorise le « bougisme », c'est-à-dire tout ce qui peut ébranler la société traditionnelle et ses normes (trad. : perturber) ; voir aussi « Changement » et « Rupture » et « Bousculer »..

BOUSCULER. L’élite dirigeante aime à dire qu’elle bouscule les tabous ; il s’agit bien évidemment de ceux des autres car pour les siens (présentés alors comme des « Valeurs ») elle se veut intraitable (trad. : détruire).

BLACK. Mot utilisé à la place de « Noir » par référence aux Noirs américains – qui s’intitulent, eux, des Afro-Américains (trad. : Noir) ; on ne connaît pas le féminin de cette expression.

BRAS DE FER: (cf « sécurité : Sarkozy engage un bras de fer avec la gauche » titre du Figaro du 25/2/08) : terme subliminal destiné à faire croire à la détermination et à l’effort de ceux qui sont censés s’y livrer (trad : débat)

BRANCHÉ. Mot ayant changé de sens ; signifiant initialement « pendu aux branches », il signifie aujourd’hui conforme à l’idéologie cosmopolite et marchande et grand utilisateur des nouvelles technologies ; voir aussi « Câblé » (trad. : conformiste).

• C •

CALME. Mot trompeur ; se dit d’un Réveillon où l’on n’incendie « que » 878 véhicules (trad. : violent).

CARITATIF. Mot trompeur ; adjectif donné à la charité, qui ne se préoccupe pas au sens propre du prochain s’il est européen mais des « autres » à la condition qu’ils résident loin de notre continent (trad. : indifférent).

CHANGEMENT. Mot trompeur car initialement connoté à gauche (cf. « changement de société ») et aujourd’hui repris par l’élite dirigeante pour signifier son intention de mettre fin à l’identité française ; voir « Rupture » et « Bouger ».

CHANTIER (SI POSSIBLE « GRAND »). Terme destiné à valoriser l’action du gouvernement en place mais exprimant souvent la réalité ; il traduit un effet d’annonce et en général des actions inabouties (= laissées en chantier) (ex. : « Le premier ministre ouvre le chantier de la réforme des retraites ») (trad. : inachèvement).

CHARGE. Expression subliminale, utilisée dans son sens militaire, pour suggérer que le personnel politique fait preuve de détermination (ex. :« à la charge », « sonne la charge contre »).

CHAT (PRONONCER TCHAT’). S’utilise lorsqu’un responsable entend « dialoguer » avec la France d’en bas via Internet (trad. : conversation, dialogue en ligne).

CHOIX (« C’EST MON CHOIX »). Manifestation d’hédonisme encouragée par le Système car ce « choix » ne s’exerce jamais en faveur d’actions à caractère collectif ; voir aussi « Liberté » (trad. : caprice).

CITOYEN. Mot trompeur : ce substantif, devenu adjectif, caractérise ce qui se conforme à l’idéologie dominante (ex. : trier ses déchets est un « comportement citoyen ») (trad : moutonnier, docile, sujet).

CLIENT. Se disait autrefois d’une personne redevable à un personnage puissant ; aujourd’hui, personne censée être en position de force au sein du marché (« le client est roi ») ; ce terme est de plus en plus employé dans la sphère publique et traduit la progression de l’idéologie marchande dans la fonction publique.

COCHON (SOUPE AU). Menace contre l’ordre public et discriminatoire quand elle est destinée aux pauvres, pour certains préfets (trad. : porc). Note : pour éviter toute difficulté avec certains passagers les compagnies aériennes sont de plus en plus nombreuses à offrir des repas « garantis sans porc ».

COLONIALISME. Mot sidérant qualifiant un système « injuste, contraire aux trois mots fondateurs de notre République » (N. Sarkozy le 3/12/07) et cause de tous les échecs et malheurs des ex-pays coloniaux, principalement en Afrique ; crime lorsque le colon est européen uniquement (trad. : colonisation, civilisation). Note : affirmer que l’Europe serait en voie de colonisation est passible de poursuites judiciaires.

COMMUNAUTARISME. Néologisme destiné à traduire le fait que les populations d’origine immigrée conservent leurs particularités et leurs préférences culturelles ou ethniques, à contre-courant de l’idéologie « antiraciste » qui prétend ne voir que des individus égaux et interchangeables. Le communautarisme est donc périodiquement décrié par l’élite dirigeante tout en étant par la force des choses (c'est-à-dire par la dynamique démographique de l’immigration) reconnu. Voir « Racisme » et « Intégration » (trad. : identité).

COMMUNICATION. Activité principale des hommes politiques qui se mettent d’autant plus en scène qu’il ont moins de prise sur la réalité (trad : spectacle) ; voir aussi « pédagogie »

COMPREHENSION. Mot trompeur : la compréhension est requise des usagers lorsqu’un service, en général public, dysfonctionne, ce qui permet de le dispenser de présenter des excuses (trad. : résignation).

CONCERTATION. Mot un peu moins à la mode que dans les années 1970 ; remplacé par « Dialogue », qui se veut plus participatif (trad. :pourparlers).

CONDAMNER. En général associé à « fermement » ; se dit quand le pouvoir est impuissant à empêcher certains agissements : il les condamne a posteriori d’autant plus fermement qu’il reste sur le mode virtuel (trad. : incantation).

CONSTRUCTION EUROPEENNE. Mot trompeur ; c’est la mise en œuvre de l’idéologie libre-échangiste et cosmopolite par les institutions européennes au sein de l’espace indéterminé appelé Union européenne contre la volonté de peuples autochtones (trad. : enterrement de l’Europe).

COURAGE. Mot trompeur ; on dit qu’un homme politique dit de droite en fait preuve lorsqu’il se rallie bruyamment encore plus à l’idéologie dominante (en général sur les questions de société) alors qu’il ne retire que des avantages de cette posture (trad. : conversion).

CRIME. Mot tabou ; sa nature et sa gravité varient, en application de la législation dite « antiraciste », en fonction de l’identité de l’auteur et de la victime ; ainsi un « crime raciste » est nécessairement commis par un Français de souche ; un immigré ou un Français d’origine immigrée ne provoque que des « drames » ou ne commet que des « violences » (trad. : crime). Voir « Déséquilibré ».

CULTURE. Mot trompeur ; activités subventionnées par les collectivités publiques et incomprises par la majorité des Français quand elles relèvent de l’art cosmopolite déraciné (trad. : ahurissement).

• D •

DEFAVORISÉ. Mot trompeur, issu de l’immigration (cf. « quartier défavorisé ») bénéficiant en général d’aides et de prestations publiques préférencielles dans le cadre de la « politique de la ville » (trad. : étranger, subventionné).

DÉFENSE. Terme recouvrant les activités qui visent officiellement en Europe à ne pas faire la guerre.

DEGENERER. Mot subliminal employé de préférence lorsque des violences sont commises par des personnes issues de l’immigration ou de religion musulmane, pour suggérer que finalement telle n’était pas leur intention initiale et donc presque les excuser (ex « le conflit pour le contrôle d’une mosquée de Nîmes dégénère en fusillade », « Le Monde » du 21 février 2008.)

DETERMINATION. Mot subliminal destiné à suggérer le volontarisme présumé du gouvernement ou du président de la République (voir « Volonté ») ; en général consiste en déclarations non suivies d’effets concrets (trad. : intentions, paroles).

DERAPAGE. Mot sidérant : caractérise des propos qui vont à l’encontre de l’idéologie dominante. Voir aussi « polémique »

DEREGULATION. Mot désormais connoté positivement au sein de l’Union européenne et destiné à traduire le fait que le domaine du marché ne cesse de s’étendre aux dépens de la souveraineté politique (trad. : chaos) ; voir aussi « Ordre ».

DESEQUILIBRE. Qualificatif lénifiant employé lorsqu’un crime est commis par une personne d’origine immigrée : pour l’élite dirigeante et « antiraciste » par construction un criminel d’origine immigrée ne peut-être dans son état normal ; Voir aussi « crime » et « troubles »

DEVELOPPEMENT DURABLE. Mesures coercitives préconisées par les gouvernements occidentaux au nom de la préservation de la planète (trad. : prohibition).

DIALOGUE. Mot trompeur signifiant en général l’acceptation des arguments d’autrui (ex : « dialogue interreligieux ») et non la confrontation des points de vue (trad. : affaiblissement). Voir aussi « Concertation ».

DISCRIMINATION POSITIVE. Mot trompeur ; discrimination à l’encontre des Français d’origine européenne (trad. : privilège, domination). NDLR : Les « discriminations » sont toutes réputées inacceptables sauf la discrimination par l’argent, qui est hautement morale pour le Système.

DIVERSITE (FAVORISER LA). Mot trompeur ; c’est favoriser le recrutement ou la présence de personnes issues de l’immigration ou de celles qui ont des parents immigrés (trad. : système des castes).

DOUCE. Se conjugue en général au pluriel (ex. : « circulations douces », « énergies douces »). Mot destiné à valoraliser des processus qui sont réputés peu consommateurs d’énergies fossiles mais qui sont de moindre rendement et qui exigent en général une plus grande dépense d’énergie humaine (trad. : rétrograde) ; voir aussi « Propre » (qui se dit plutôt au singulier).

DROITS DE L’HOMME. Expression trompeuse ; doctrine au nom de laquelle il est porté atteinte aujourd’hui à la souveraineté des peuples et aux droits des citoyens (trad. : idéologie), à l’encontre de la tradition républicaine.

DROITS SOCIAUX. Droits créances revendiqués par certains groupes à l’encontre des autres (trad. : privilèges).

DROITE, GAUCHE. Termes trompeurs ayant perdu toute pertinence à la fin du XXe siècle depuis que la gauche socialiste et communiste s’est ralliée à l’économie de marché et que la droite a adopté l’idéologie égalitaire et cosmopolite des socialistes. Ne désigne plus que des itinéraires personnels et des ancrages locaux différents (trad. : partis au pouvoir).

DURABLE. Qualificatif destiné à vanter la qualité d’un produit ou d’une action censée préserver la liberté de choix des générations futures auxquelles on ne donne pas naissance (trad. : soutenable). Voir « développement durable ».

• E •

ECHAUFFOUREES. Se dit des violences commises, en général en groupe, par des personnes issues de l’immigration à l’encontre des forces de police (ex. échauffourées entre jeunes et policiers à Trappes). Note : on dit aussi « affrontements ». (trad. : agressions).

EFFORT (ex. : le gouvernement promet de « ne pas relâcher l’effort sur les réformes »). Mot trompeur ; présentation valorisante de l’action du pouvoir alors que souvent les efforts sont en réalité réclamés des citoyens ou des usagers (trad. : sacrifices)

EGALITE. Mot trompeur ; ayant changé de sens à la fin du XXe siècle, il ne désigne plus l’égalité juridique des personnes ni l’égalité des revenus mais celle des statuts sociaux et des ethnies réduite à une question de parité statistique (qui menace moins l’élite au pouvoir que la remise en cause du pouvoir économique) (trad. : égalisation).

EMBLEMATIQUE. Mot très employé par l’élite dirigeante pour donner du relief à une action ou une déclaration qui n’en a pas forcément (trad. : notable).

EMEUTES. Mot en général écrit au pluriel et associé à la nuit (ex. : « nuit d’émeutes à Villiers-le-Bel) ; la nuit ne permet pas de distinguer la couleur des émeutiers, ce qui fait qu’en général les médias montrent surtout des émeutiers blancs (trad. : insurrection).

ENNEMI. Mot tabou pour l’élite dirigeante qui prétend avoir mis fin aux guerres car elle a détruit les frontières ; seuls le « terrorisme » et d’une façon générale tous les « ismes » sont désignés à la vindicte du système

ENTREPRISE. Mot aujourd’hui valorisé (ex. : « les créateurs de richesses ») et principale préoccupation affichée des pouvoirs publics (trad. : patronat).

EQUITABLE. (cf. « commerce équitable »). Mot sidérant destiné à inciter les consommateurs européens à acheter des produits censés favoriser les petits commerçants et producteurs d’Amérique du sud et d’Afrique ; à noter que pour l’élite dirigeante il est inéquitable de préconiser « d’acheter français » (trad . plus cher)

ESPACE (cf « Espace culturel » ou « Espace de vie « ). Zone en général effectivement peu fréquentée par les Français d’en bas dès lors que les artistes prétendent y faire de l’art ou de la culture (trad. : zone).

ESTABLISHMENT. Mot tabou, sauf par la droite nationale, pour désigner la nouvelle classe au pouvoir dans les sociétés occidentales depuis la chute de l’Union soviétique (trad. : caste dirigeante).

ETAT DE DROIT. Mot trompeur ; soumission de la volonté nationale à la sanction des juges, si possibles européens (trad. : théocratie).

ETHIQUE. Mot trompeur ; c’est par ce terme que l’élite dirigeante désigne son idéologie et ses intérêts (trad. : inquisition). Voir aussi « Valeurs ».

ETHNIQUE, PUBLICITE ETHNIQUE. Publicité et commerce s’adressant prioritairement aux personnes issues de l’immigration ou aux personnes de couleur (trad. : discriminatoire).

ETRANGER. Mot sidérant ; par définition personne supérieure en droits et en talents par rapport aux autochtones en particulier dès lors que ceux-ci sont français ; voir aussi « Autre » et « Exception »

EXCEPTION (cf « Exception française », « Exception culturelle »). Singularité de la nation française par rapport au monde anglo-saxon, qui semble en général illégitime aux yeux de l’élite au pouvoir (trad. : identité nationale).

EXCLUSIF. Terme destiné à marquer qu’une information revêt une importance particulière pour la classe médiatique (ex. : « entretien exclusif ») ; mais en général elle n’a rien d’exclusif car elle est destinée à être reprise par tous les médias (trad. : signalé).

EXCLUSION. Mot sidérant destiné à disqualifier les préférences des Français d’origine européenne et de religion chrétienne. La référence aux « phobies » remplit la même fonction sidérante (trad. : préférence).

EXTREME DROITE. Mot sidérant ; qualificatif péjoratif donné à la droite de conviction et à ceux qui contestent le système dominant (trad. : droite).

EXTREME GAUCHE. Groupes politiques déclarant s’opposer au capitalisme ; mais vers 40 ans les personnes d’extrême gauche s’y rallient habituellement (trad. : imposteurs).

• F •

FASCISME. Mot sidérant ; forme politique d’autant plus vigoureusement combattue par l’élite dirigeante qu’elle a disparu de la scène politique européenne en 1945 ; « fasciste » désigne aujourd’hui toute personne qui n’adhère pas à l’idéologie dominante ou toute autorité qui ne découle pas du système marchand (trad. : dissident et autorité).

FEMMES. Personnes qui doivent exercer les mêmes métiers que les hommes (ex. : les téléfilms mettant en scène « la femme gendarme », la « femme juge » ou la « « femme flic ») et éviter les maternités si elles sont d’origine européenne (trad. : garçonne). Note : il est de bon ton devant une assemblée quelle qu’elle soit de relever le faible nombre relatif de femmes présentes.

FLAMBÉE. Expression subliminale en général associée à « violences » (ex. : « flambée de violences au Kenya ») ; elle traduit le fait que les violences urbaines s’accompagnent souvent d’incendies et qu’elles sont brusques et imprévisibles alors qu’elles sont souvent habituelles.

FONDS DE COMMERCE. Mot sidérant ; expression péjorative pour désigner les prises de position des partis qualifiés de « populistes » ou « xénophobes » (trad. : programme).

FRANCE. Mot trompeur ; dans les médias, désigne en fait le gouvernement (ex. : « La France réclame un moratoire sur les OGM ») (trad. : le gouvernement).

FRILOSITÉ. Terme sidérant et péjoratif appliqué aux comportements qui ne sont pas conformes aux attentes de l’élire dirigeante et de préférence aux seuls Français de souche ; voir « Peurs » (trad. : résistance).

FRONTIERES. Mot tabou. Principal obstacle à la prospérité et à l’entente entre les peuples selon l’idéologie dominante ; il faut donc préconiser « un monde sans frontières ». Note : les bonnes frontières doivent être « ouvertes » sauf bien sûr aux Etats-unis et en israël. (trad. : protection).

• G •

GALERE. Se dit de toute difficulté, même la plus petite (trad. : contrariété).

GAUCHE. Voir « Droite. ».

GAUCHISTE. Personne faisant profession de lutter contre le capitalisme mais dont l’action concrète consiste principalement à saper ce qui résiste encore à sa domination (trad. : leurre ; compagnon de route du capitalisme) ; voir aussi « Extrême gauche ».

GEANT. Mot sidérant ; il se dit d’une entreprise russe uniquement (ex. : « le géant gazier Gasprom ») et jamais d’une entreprise américaine : sans doute pour suggérer une menace latente.

GENIAL. Adjectif passe-partout mais qui ne désigne pas en général des choses ou des personnes qui sortent de l’ordinaire (trad. : bien).

GLOBALISATION. Mot d’origine américaine pour dire domination du système anglo-saxon (trad. : capitalisme).

GOUVERNANCE. Mot qui désigne un mode de direction imposé par les marchés aux entreprises, aux organisations et aux Etats (trad. : direction) ; voir « Transparence ».

GRANDE-BRETAGNE. Paradis libéral et référence obligée en termes de réforme de l’Etat pour les anglophiles français du XXIe siècle.

GRAVE. Interjection ponctuant le langage des banlieues ; en général ne signale rien de véritablement grave.

GRATUIT. Mot trompeur destiné à appâter le consommateur potentiel ; en général il faut acheter plus pour obtenir quelque chose de « gratuit » ; voir « soldes ». Note : « journal gratuit » : la gratuité de ce journal a pour contrepartie sa soumission à l’idéologie dominante et à la publicité.

GRENELLE. Terme remontant à 1936 et désignant d’abord la médiatisation d’accords nationaux entre « partenaires sociaux » au ministère du Travail. Désigne aujourd’hui par extension l’action des pouvoirs publics médiatisée (ex. : « Grenelle de l’environnement » ) (trad. : mise en scène, grand-messe).

GUILLEMETS. Ils s’emploient dans la presse écrite non pour exprimer une citation fidèle mais pour essayer de disqualifier les propos ou les positions cités (ex.: -la Serbie « refuse » l’indépendance du Kossovo-, -le Liechtenstein dénonce une « attaque » de l’Allemagne -: « Le Monde » du 21 février 2008 ; -les russes « choisissent » dimanche le successeur de M.Vladimir Poutine –« le « Bulletin quotidien » du 29 février 2008) ; à la radio ou à la télévision le présentateur dira « je cite », dans le même sens.

• H •

HANDICAPÉS. Mot sidérant qui se conjugue en général au plurie ; groupes organisés prétendant parler au nom des personnes et réclamant avec de plus en plus d’insistance des droits sur la société.

HISTOIRE, sans histoire. Mot trompeur ; précision systématiquement apportée par les médias lorsqu’un crime ou un délit a été commis par une personne issue de l’immigration : elle est toujours issue d’un quartier ou d’une famille « sans histoire » comme pour suggérer que son comportement serait tout à fait exceptionnel et donc presque excusable (contraire : « bien connu des services de police »). Note : le recours à « incompréhensible » (ex. :un geste incompréhensible.) remplit la même fonction lénifiante. Voir aussi « Déséquilibré ».

HUMANISME. Terme trompeur ayant changé de sens ; il n’a plus de rapport avec la culture enracinée des « humanités » mais désigne l’idéologie des droits de l’homme ou l’idéologie de la franc-maçonnerie (trad. : idéologie).

HUMANITAIRE. Activité principale des forces armées des pays de l’Union européenne au-delà de leurs frontières ; « désastre humanitaire » : médiatisation des malheurs de certaines populations africaines ou d’Asie ; « action humanitaire » : médiatisation de la tentative d’imposer les valeurs occidentales à des populations plus ou moins rétives ; on dit aussi « faire de l’humanitaire » car il s’agit souvent pour certains d’un véritable métier.

• I •

IDENTITÉ. Terme tabou sauf lors des discours électoraux ; pour l’élite dirigeante l’identité de la France réside cependant dans ses « valeurs » uniquement (trad. : nature). Note : la manifestation de l’identité des « autres » s’appelle « communautarisme ».

IMMIGRATION. L’immigration est une « chance pour la France » sauf lorsqu’elle provient de l’est de l’Europe (trad. : peuplement).

INACCEPTABLE. Adverbe trompeur : se dit en général des situations que le système est incapable de maîtriser (ex « les violences sont inacceptables ») (trad. : toléré) ; appliqué à des « propos » que le système médiatique considère comme à caractère raciste ou antisémite, ce qualificatif signifie que leur auteur fera prochainement l’objet de poursuites pénales.

INCIVILITÉS. Mot trompeur : actes réprimés par la loi sauf lorsqu’ils sont commis par des personnes issues de l’immigration africaine et maghrébine (trad. : violences, délits)

INCOMPRÉHENSIBLE. Voir « Histoires »

INCONTOURNABLE. Mot sidérant ; il traduit la volonté d’enfermer la réflexion et la décision dans les seules alternatives autorisées par le Système (trad. : obligatoire).

INDEPENDANCE. Terme tabou désormais interdit aux Européens et politiquement incorrect au sein de l’Union européenne, qui préfère le concept « d’autonomie stratégique » (trad. : souveraineté, liberté).

INELUCTABLE. Terme sidérant exprimant la croyance que celui qui l’utilise connaît le sens de l’histoire et destiné à désarmer toute opposition (trad. : possible, souhaité).

INFORMATION. Terme trompeur véhiculé par la classe médiatique pour faire croire à son rôle de défense des libertés alors que sa fonction réelle est de tuer tout débat (trad. : fabrication).

INGERENCE. Terme connoté positivement désormais dès lors que cette ingérence prétend se faire au nom de « l’humanitaire » ou du « maintien de la paix » (trad. : violation).

INQUIETUDE (parfois associé à « vive »). Mot politiquement correct employé quand on veut minorer l’ampleur des atteintes ou des menaces pesant sur les personnes ou les intérêts européens ou catholiques (ex. « les inquiétudes de la communauté catholique d’Algérie », « Le Monde » du 26/02/2008). Note : la référence au « sentiment » remplit la même fonction lénifiante (ex. : « le sentiment d’insécurité » pour éviter d’écrire « délinquance »)

INSERTION. Voir « Intégration ».

INTEGRATION. Mot trompeur ; politique destinée à favoriser l’installation de communautés immigrées en France dans le respect contradictoire de leur « identité » propre et de celui des « valeurs » de la République, après l’échec des politiques d’assimimilation ; dans le discours dominant elle n’est jamais suffisante et il faut toujours appeler les Français – jamais les étrangers – à plus d’efforts en la matière (trad. : éclatement).

INTOLERANCE. Terme sidérant employé de façon péjorative pour toute manifestation identitaire sans distinction dès lors qu’elle émane des Français de souche.

ISLAM. Religion de paix, de tolérance et d’ouverture à l’autre ; prétendre le contraire expose à des poursuites judiciaires ou à des fatwas ; « islamisme » : comportement des musulmans qui ne correspond pas à la définition politiquement correcte de l’Islam (trad. Islam).

• J •

JARDIN. Quand il est « à la française », le terme est désormais à connotation péjorative pour l’élite dirigeante Note : pour elle le jardin anglais, c’est mieux.

JEUNES, JEUNES MAJEURS. Mot trompeur ; personnes de nationalité française ou non, issues de l’immigration africaine (et/ou maghrébine) ; s’emploie en général quand elles commettent des violences en groupes (trad. : d’origine immigrée). Voir aussi « Jeune homme » et « Préadolescent ».

JOURNAL. Voir « Gratuit ».

JUIF. Mot tabou ; rarement employé sauf si le locuteur se déclare juif lui-même ; s’emploie avec un qualificatif positif exclusivement (ex. : « les enfants juifs ») ; voir « Antisémite ».

• K •

KAMIKAZE. Mot trompeur car utilisé à contresens ; désigne aujourd’hui les auteurs surarmés d’attentats suicides contre des civils sans défense (alors que le kamikaze était un militaire qui en temps de guerre attaquait des cibles militaires extrêmement bien défendues) (trad. : attentat suicide).

• L •

LAÏCITÉ. Mot trompeur ayant changé de sens à la fin du XXe siècle ; à l’origine, séparation de l’Eglise et de l’Etat ; aujourd’hui, soutien apporté par les collectivités publiques à l’exercice des religions autres que chrétienne (« laïcité positive ») ;(trad. : soutien à l’islam).

LEADER. Mot subliminal employé uniquement pour désigner les présidents et responsables nationaux des partis populistes et d’extrême droite (par référence subliminale à Führer, sans doute) (trad. : président).

LIBERATION, LIBERTE. Mot trompeur ; définition de la liberté réduite à la seule expression des pulsions individuelles et principalement entendue comme la remise en cause des normes comportementales admises dans les sociétés européennes. Terme employé pour marginaliser la définition de la liberté entendue comme participation à la vie publique et maîtrise de son destin. Note : ce terme convient par conséquent parfaitement aux individus consommateurs/sujets du Système (trad. : dérèglement).

• M •

MAJORITE (ex. : « les partis de la majorité »). Mot trompeur destiné à suggérer que les partis aux pouvoirs rassemblent la majorité des français (trad. les partis de la majorité représentée au Parlement)

MARCHÉ. Mot sidérant. Mode de régulation de l’économie considéré comme intrinsèquement supérieur à tout autre dans tous les domaines ; censé avoir « triomphé de tous les autres modes de régulation ; s’écrit en général au pluriel pour faire plus rassurant (trad. : gouvernement des choses).

MALIN. Adjectif trompeur désignant les consommateurs qui croient avoir fait de bonnes affaires alors qu’ils sont en réalité instrumentalisés par la publicité (trad. : naïf).

MECHANTS. Note : il est intéressant de remarquer qui incarne aujourd’hui le méchant au cinéma ou dans les téléfilms : le méchant est en général un blanc (si possible russe ou serbe) ou à la rigueur un chinois, un militaire (spécialement s’il est européen) ou un prêtre (s’il est catholique) ; le blanc est violent, raciste, homophobe et souvent borné ; le méchant est aussi incarné par le terroriste originaire du Moyen-Orient. Voir aussi « stéréotype »

MEMOIRE. Mot sidérant ; culpabilisation du passé national et dénigrement de l’identité française et européenne (trad. : dénigrement).

METISSAGE. Mot sidérant présenté comme l’avenir de l’humanité et destiné en réalité à valoriser l’immigration de peuplement en Europe ; par extension qualité valorisée par l’élite dirigeante (ex. : « musiques métisses ») ; voir aussi « Mêlées des cultures » expression que le système a tenté de promouvoir à l’occasion de la coupe du monde de rugby

MICHU. (cf Mme Michu). Terme méprisant désignant dans le discours de l’élite dirigeante la Française de base, lectrice de la presse « people » et foncièrement bornée (trad. : les électeurs). Note : cette expression curieusement ne dérange pas du tout les féministes.

MINORITÉS. Terme trompeur s’employant de préférence au pluriel et désignant les groupes qui cherchent à imposer leurs préférences à la majorité (trad. : factions) ; « minorités visibles » : personnes de couleur ou issues de l’immigration africaine. Note : l’utilisation du mot « minorité » vise à faire oublier que dans certains lieux ces « minorités » sont en fait majoritaires.

MOBILISATION (cf. « Borloo mobilise la planète »). Mot trompeur emprunté à la chose militaire pour donner une image résolue à des politiques qui le sont en général moins ; voir aussi « Se mobiliser » (trad. : gesticulation), mot désignant aussi les initiatives prises par les organisations de gauche et d’extrème gauche (ex. : « mobilisation en faveur des sans-papiers »).

MODERNISATION. Mot trompeur ; action conduite par le gouvernement pour faire évoluer la société et les institutions françaises conformément au modèle marchand anglo-saxon et en général en allant à l’encontre de la volonté nationale (trad. : mise au pas) ; voir aussi « Changement », « Réforme ».

MONDIAL. Terme marqueur du discours cosmopolite (voir aussi « Planète ») (trad. : international).

MONDIALISATION. Terme confus destiné à remplacer « capitalisme mondial » qui faisait vieux jeu mais qui désigne la même chose (trad. : capitalisme).

MORT. Mot tabou sauf si elle est spectaculaire (cf « une mort tragique »).

MOSAÏQUE. Mot marqueur du discours cosmopolite et destiné à valoriser le métissage culturel ou autre (trad. : cacophonie).

MOUVEMENTS SOCIAUX. Action de ceux qui, en s’arrêtant de travailler pour obtenir des avantages sociaux ou professionnels, obligent les autres à se déplacer à pied ou à voiture (trad. : grèves).

MUSÉE. Très à la mode et donne une bonne idée de la façon dont le Système conçoit la culture européenne : comme un objet mort mis en exposition (trad. : morgue).

MUSIQUE. Mot trompeur ; bruit habituellement fortement rythmé et associé à des paroles de sonorité anglaise, qui envahit l’espace privé et public et qui est destiné à empêcher les personnes de penser en silence et à les déculturer (trad. : brouillage).

• N •

NATION. Mot tabou ; construction réputée arbitraire, à la source de tous les maux de l’Europe et constituant un obstacle à l’efficacité totale du marché selon l’idéologie dominante (voir « Frontières »).

NATIONALITE. Formalité pour le moment encore nécessaire au sein de l’Union européenne à l’exercice de certains droits ou à l’accès à certaines professions ; depuis la loi Pleven de 1972 la préférence nationale est jugée discriminatoire (trad. : avantage, papiers).

NAUSEABOND. Mot sidérant en général associé à des propos critiques relatifs à des personnes issues de l’immigration ou d’origine juive ou bien concernant l’Etat d’Israël ; voir aussi : « Relents nauséabonds ».

NAZI. Incarnation moderne de Satan, en particulier sous sa forme « néo-nazi » ; sous sa forme groupusculaire le « néo-nazi » est très utile au système pour renforcer la législation liberticide

NEGATIONNISME. Mot sidérant pour « révisionnisme ». Note : l’élite au pouvoir qui pratique un révisionnisme permanent et culpabilisant à l’égard de l’histoire nationale engage pourtant une lutte résolue contre les révisionnistes.

NEGRE. Mot tabou sauf sous la plume d’un écrivain africain ou antillais.

NOIR. Mot tabou sauf si le locuteur est noir lui-même ; personne pauvre et ayant été discriminée par les Blancs ; on se doit de déplorer de ne pas en voir assez à la télévision ; dans les téléfilms les Noirs incarnent en général les bons, les médecins et les policiers (trad. : Noir). Note : les races n’existent pas, mais certains noirs se définissent comme tels et réclament la reconnaissance de leur « communauté » avec la création du CRAN (conseil représentatif des associations noires).

NOMADE. Qualificatif valorisant associé aux comportements d’essence cosmopolite (trad. : vagabond).

Suite: http://www.polemia.com/contenu.php?cat_id=36&iddoc=1676

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite