Rubrique : Politique / A La Une


Le : 20 Avril 2009

Pourquoi Sarkozy n'aime pas « La Princesse de Clèves »

L’Université française n’est pas à la fête ! Les grèves, les manifestations étudiantes, la révolte des enseignants-chercheurs ou des chercheurs tout court font qu’elle est entrée en opposition violente avec le gouvernement, c’est-à-dire avec le président Sarkozy, en rejetant toute proposition de réforme de l’enseignement à l’Université.

Au milieu de toutes ces avanies, qu’apprend-on aujourd’hui ? Que de nombreux étudiants chinois friands de diplômes français obtiendraient leurs peaux d’âne non pas par leur savoir généreusement dispensé par les maîtres mais, plus prosaïquement, contre versement d’espèces sonnantes et trébuchantes. Bref, le scandale aurait pénétré l’Alma Mater où le trafic de diplômes à destination d’étudiants chinois serait, si l’on peut dire, monnaie courante.

Polémia ne traitera pas ce dernier sujet aujourd’hui, c’est prématuré. Mais si l’information se confirme et se révèle exacte, elle ne va certainement pas apaiser la colère du président contre les enseignants contestataires. Bien au contraire.

Une rumeur parcourt les facultés : Nicolas Sarkozy « aurait la haine » contre tous les enseignants et chercheurs qui, pour lui, ne travaillent pas. Pourquoi cette haine ? Selon certains de ses proches, c’est une vieille et simple histoire. Le président nourrirait une sorte de complexe vis-à-vis de tous les professeurs. Et pourquoi donc ce complexe ? Ce complexe et cette violente acrimonie du président résulteraient de son cursus scolaire et universitaire qui n’aurait pas été des plus plus brillants. Jetons-y un coup d’oeil.

Polémia




Plutôt intéressant de connaître davantage celui qui dirige notre pays... Sarkozy, un sous-doué à l'Elysée. Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et les chercheurs en particulier ? Tout simplement parce que Notre Majesté souffre du complexe du cancre parvenu. Président médiocre, il fut par le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre. Mais aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae. Et pour cause, il l'a customisé, l'animal. Officiellement Notre Souverain Eclairé serait titulaire d'une maîtrise de droit privé, d'un certificat d'aptitude à la profession d'avocat, d'un DEA de sciences politiques obtenu avec mention et aurait fait des études à l'Institut d'Etudes politiques de Paris. Waouh ! Mais alors pourquoi est-il aussi nul ? Tout simplement parce que la plupart de ces titres universitaires sont faux. Une enquête menée par Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le prouve.
http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article219 

En parcourant l'annuaire des anciens élèves de Sciences-Po, il a pu constater que Sarkozy de Nagy Bocsa n'y figure pas, ce qui signifie qu'il n'a pas mené ses études à leur terme et ne peut donc se parer du titre d'ancien élève réservé aux seuls diplômés. Et son DEA ? Pourquoi n'en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X Nanterre ? Tout simplement parce que, si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le procès-verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s'être présenté à l'épreuve écrite terminale et n'avoir pas rendu son mémoire. Et son certificat d'aptitude à la profession d'avocat ? Obtenu sur le fil avec la note médiocre de 20/40 (7/20 à la première épreuve et 13/20 à la seconde).

Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au bac par le candidat 18917 en 1973 (Jury 80, lycée Molière) : 7/20 à l'épreuve écrite de français et 12 à l'oral (voilà pourquoi il s'exprime toujours dans un idiome approximatif), 9/20 en philo, 8/20 en maths (il a néanmoins su s'augmenter de 200% !), 10/20 en anglais (« magnifical », s'exclama-t-il un jour en présence de la reine d'Angleterre) et 11/20 en économie (on n'est pas sorti de la crise !). Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut obligé de se présenter au repêchage.

Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent de la bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant souffert de ne jamais avoir été reconnu à sa juste valeur par ses professeurs.

Publié par LES PROFS DU COLLEGE DE VONNAS (AIN). à l'adresse :

http://collegedevonnas-enlutte.blogspot.com/2009/02/sarkozy-un-sous-doue-lelysee.html


Correspondance Polémia
20/04/09
 

LES PROFS DU COLLEGE DE VONNAS (AIN).

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite