Rubrique : Politique / A La Une / Articles recommandés


Le : 11 Décembre 2009

Minarets, Angélus et civilisation

Le résultat de la « votation » populaire par laquelle les Suisses ont interdit la construction de nouveaux minarets sur le territoire de la Confédération suscite une polémique des plus symptomatiques. En effet, mieux que lors des précédents référendaires dans l’Union européenne – Danemark, France, Hollande et Irlande – nous voyons la classe politico-médiatique cosmopolite donner des leçons de morale aux peuples. Cette classe est fondée sur des carrières que permet la démocratie du jeu de billard, indirecte et truquée par des lois électorales visant à assurer le maintien de son oligarchie.

Seulement, rien ne va plus quand survient la démocratie directe… Aussi nos élites autoproclamées n’en font-elles qu’un usage de plus en plus restreint. Au regard de leur « démocratie » – qui n’est qu’une idéologie, celle des droits de l’homme – le peuple doit se plier au Bien qu’on lui enseigne pour le conduire à son devoir d’enregistrement, conforme aux exigences de l’ « Etat de droit ». D’où ces vers de mirliton qui m’enchantent, tant ils illustrent cette triste réalité :

 

Ah que la démocratie serait belle
Sans le suffrage universel !


 

L’interdiction des minarets surplombant les mosquées en Suisse n’est d’ailleurs nullement (cela serait pourtant le droit du peuple souverain) une atteinte à la liberté religieuse, ce qui est le cas avec l’interdiction, non pas des clochers, mais bien des temples, églises ou simples catacombes en Arabie. Non, c’est une simple limitation à la liberté architecturale, laquelle, à ma connaissance, n’est pas une liberté publique dans quelque pays d’Europe que ce soit.

Mais avant d’être une « religion », l’islam est une civilisation qui ne s’est pas libérée d’une vision théocratique du monde – ou très peu, et au seul contact de l’Occident contemporain. D’où les difficultés qui surgissent avec sa présence de plus en plus massive. C’est que, par le fait de la classe politique susmentionnée, l’Europe est devenue ces dernières décennies une terre de colonisation de peuplement allogène – et chaotique… Or, nous autres Européens, nous procédons d’une tout autre civilisation, dans laquelle nous sommes, entre nous au moins, libres de croire ou de ne pas croire. Nous sommes d’une civilisation millénaire qui nous est propre et dans laquelle seuls les clochers – ou les beffrois des maisons communes – ont vocation à s’élever sans déroger à notre histoire, à nos sensibilités et à notre esthétique architecturale…

Au demeurant, l’architecture des mosquées n’est pas neutre. Il est d’ailleurs symptomatique que le soi-disant islam « à la française », institutionnalisé par Nicolas  Sarkozy, cherche à reproduire une architecture orientale et non pas à inventer un style de mosquée original, « à la française »… Chez nous, l’Angélus – initialement appel à la croisade contre les musulmans ! – ne dérange personne, pas même les athées sereins, si ce n’est quelques mauvais coucheurs, comme il en vient des villes et qui râlent aussi contre le chant du coq à la campagne. Mais n’oublions pas que la vocation du minaret c’est d’être la chaire pour l’appel à la prière en arabe (*)… Dans cinq ou dix ans, que diront ceux qui aujourd’hui abondent naïvement dans le sens des parangons des droits de l’homme, quand les haut-parleurs du muezzin nous vrilleront les oreilles dès cinq heures du matin ?

De cela, certainement, nos peuples européens n’en veulent pas plus que les Suisses. Mais, voilà, seuls ceux-ci vivent en démocratie réelle… La volonté du peuple, là, serait vraisemblablement la même, ici, si prévalait la démocratie, la vraie. J’entends évidemment la démocratie directe.

Eric Delcroix
Rivarol, n° 2931 du 11/12/2009

(*) Langue sacrée de l’islam, comme l’était le latin dans l’Eglise avant Vatican II.

Correspondance Polémia
11/12/2009

voir: Référendum  sur les minarets : nous sommes tous des Suisses allemands

http://www.polemia.com/article.php?id=2563

Image: On the Swiss minaret ban






 

Eric Delcroix

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite