Rubrique : Société / A La Une


Le : 16 Février 2010

Les émeutes du Ramadan d'octobre-novembre 2005 (Réédition d'une publication sur le site du 17/03/2006)

« Gouverner, c’est prévoir »

 

Les gouvernants d’hier qui se sont succédé depuis plus de trente ans n’ont pas prévu les conséquences de la poursuite continue d’une immigration non européenne, de l’échec inéluctable de l’intégration de populations de plus en plus nombreuses, venues de plus en plus loin ; ils n’en ont pas davantage prévu les effets ; ils n’en ont pas vu, non plus, les dangers. Les émeutes du ramadan 2005 sont la conséquence de cet aveuglement ; mais elles ne sont que le premier soubresaut des conflits à venir.

Les gouvernants d’aujourd’hui peinent à voir que l’immigration noire africaine dont le flux s’intensifie risque de créer dans l’avenir des problèmes encore plus graves que ceux déjà observés. Ils ne veulent pas davantage accepter l’idée que l’installation de l’islam dans les structures nationales et locales de la République débouchera sur des revendications sans cesse croissantes d’adaptation des lois et des coutumes françaises.

Les gouvernants croient conjurer le mauvais sort en focalisant la perception des risques sur le danger terroriste, qui ne peut venir que d’une minorité qu’ils pensent pouvoir isoler du reste de la population. Ils se trompent : le danger terroriste est sans doute le plus spectaculaire que fait courir à la France l’islam militant mais il n’est pas le seul et il n’est peut-être pas le plus grave.

Un autre danger infiniment plus profond et plus diffus existe : celui du séparatisme intérieur :

  • Séparatisme territorial de basse intensité qui conduit des pans entiers du territoire  à échapper à la loi commune ;
  • Séparatisme territorial de haute intensité qui pourrait déboucher sur des revendications politiques visant à donner des lois différentes aux communes et aux départements où les populations issues de l’immigration sont en passe de devenir majoritaires.

En ce sens, il ne peut y avoir de vrais changements dans la conduite des politiques nationales et européennes sans rupture avec les paradigmes dominants.

  1.   Reconnaître les différences et affirmer son identité Le capitalisme partage avec le socialisme l’idée que les hommes se réduisent à des consommateurs et des producteurs ; ce qui conduit à sous-estimer, voire à nier, les différences de mentalités liées à la diversité des origines et des appartenances civilisationnelles.
  2. .Refuser la culpabilité et assumer la fierté d’être soi-même La culpabilisation assourdissante de la France et de l’Europe est à la fois injustifiée et incapacitante.
  3. .Respecter les libertés individuelles mais aussi réaffirmer la souveraineté nationale

La politique de l’immigration est aujourd’hui abordée sous le seul angle des droits (qui vont bien au-delà des libertés) individuels : droit au séjour, droit aux aides sociales, droit aux soins, droit au logement ; et ce au détriment de la souveraineté nationale qui doit fixer les règles collectives : droit d’entrée et de rester ou non sur le sol national. Un rééquilibrage est manifestement nécessaire.

Cela suppose évidemment une rupture claire avec l’idéologie « antiraciste » qui nie les différences tout en rendant impossible l’exercice collectif de la souveraineté nationale.

Le dossier Polémia consacré aux « Emeutes du ramadan d’octobre-novembre 2005 » dresse, dans sa première partie, un tableau de la situation de l’immigration en France, dans une deuxième partie, décrit les mécanismes des émeutes, notamment à travers ce qu’en disent les médias français et étrangers, et, en troisième partie, tente d’en tirer les conséquences économiques et financières.

Ce dossier a été édité sous la forme d’une brochure de 120 pages.

Le dossier en PDF

17/03/2006

 

Sommaire

I L’immigration en France

  • > Quelques chiffres (I) :
  • > Quelques citations (I) :
  • > La POLÉMIA de janvier : Voyage dans l’économie souterraine du 9-3
  • > LES DOSSIERS (I) : - Sociétés multiculturelles, sociétés liberticides ? - Implantation de l’islam en France : le plan de 130 ans - Discrimination positive pour les uns ? Discrimination négative pour les autres ! - Banlieues : une économie de rente en révolte - Banlieues : déni de réalité, deni de liberté I

II Les émeutes : les faits

  • > Quelques chiffres (II) :
  • > Quelques citations (II) :
  • > LES DOSSIERS (II) : - Emeutes en banlieue, vues par la presse étrangère - Emeutes en banlieue, vues sur les sites Internet arabes - Après les émeutes, le déluge ? - Emeutes novembre 2005 : abécédaire - Les « immigrés » français font peur à Moscou - La déconstruction de la France - Une identité et un territoire - Lettre ouverte au président de la République - Christian Jelen, auteur de trois ouvrages annonciateurs des émeutes de l’automne 2005

III Les conséquences : coût économique et financier

  • > Quelques chiffres (III) :
  • > Quelques citations (III) :
  • > LES DOSSIERS (III) : - Colloque sur « Immigration et Intégration : un essai d’évaluation des coûts économiques et financiers » - Conclusions du colloque sur « Immigration et Intégration : un essai d’évaluation des coûts économiques et financiers »

Polémia

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite