Rubrique : Société / A La Une


Le : 14 Mars 2010

Pour un gramscisme technologique

Le Monde a cité, dans un article du 9 mars 2010 sur le « cyberactivisme », l’étude que Jean-Yves Le Gallou a consacrée au « Gramscisme technologique ». Voici un résumé de ce texte publié initialement par Polémia dans sa version intégrale en octobre 2008. Polémia

Selon Gramsci, pour imposer ses vues et sa direction à la société, une oligarchie dominante doit d’abord faire prévaloir ses valeurs et sa conception du monde. Il a paru intéressant de porter ce type de regard « métapolitique » sur la situation actuelle et d’examiner les différents moyens que les nouvelles technologies peuvent offrir dans la lutte contre l’idéologie dominante.

Voici douze thèses pour un gramscisme technologique.

1re thèse : Les instruments utilisés (grands médias, publicité) pour influencer l’opinion n’ont jamais été aussi puissants. L’école et l’entreprise sont aussi mobilisées.

2e thèse : Ces moyens d’influence ont servi aux oligarques dominants pour imposer une idéologie de rupture avec les traditions du passé. Autour des dogmes suivants : les bienfaits de la mondialisation ; la rupture avec la tradition ; la gauche présentée comme ontologiquement meilleure que la droite ; « l’antiracisme » et la culpabilisation des peuples.

3e thèse : L’idéologie politiquement correcte n’est pas seulement dominante, elle est aussi devenue idéologie unique. Depuis 1968, en quarante ans, sur fond de répression judiciaire et de bannissement intellectuel, politique ou médiatique, la liberté d’opinion et la diversité d’expression n’ont cessé d’être réduites. Tout vrai débat a quasiment disparu de la scène politico-médiatique.

4e thèse : L’apparition et le développement d’Internet change la donne dans la bataille des idées. Elle rééquilibre les forces en faveur des minoritaires et des dominés.

5e thèse : Internet est un instrument de mobilisation de la majorité silencieuse contre les oligarques ; c’est un outil incomparable de démocratie directe et de relai d’actions locales enracinées.

6e thèse : Internet est un moyen de s’affranchir de la tyrannie médiatique et de construire sa réflexion et/ou son action de manière indépendante. Internet rend possible une démarche intellectuelle et/ou pratique indépendante de la pression médiatique.

7e thèse : Internet est un moyen de contourner le silence médiatique et de redonner le goût de l’action. L’auteur d’un texte devient son propre éditeur ; l’organisateur d’une action devient son propre narrateur ; et si ce qui a été dit ou fait le mérite, la diffusion en sera largement assurée par la propagation virale.

8e thèse : Internet est un moyen de contourner la diabolisation. Toute personne incluse dans un réseau personnel ou social peut ensuite, par petites touches, faire connaître ses préférences personnelles ; et même lorsqu’elles sont dissidentes, avec un moindre risque de diabolisation parce qu’alors les idées (ou les actions) sont incarnées par une personne, et qu’il est plus difficile de diaboliser son prochain que son lointain.

9e thèse : Accroître le contenu disponible sur Internet en mobilisant toutes les générations et en mettant en ligne davantage d’essais et d’articles de revue. La présence et les modes d’expression sur Internet varient naturellement selon l’âge. Mais toutes les générations sont susceptibles d’être mobilisées par le cyber militantisme. Il y a pour la bataille des idées, un champ d’expansion à investir : la mise en ligne de textes aujourd’hui en jachère au regard de la diffusion numérique.

10e thèse : Livrer la bataille de l’information équitable. A la différence des dogmes religieux et des vérités (provisoires) d’ordre scientifique, il n’est en matière d’information et de réinformation que des vérités relatives. Dans l’absolu, une information brute n’existe pas, elle est toujours « anglée ». Dans la bataille des idées et de l’information, l’objectif n’est pas d’imposer un point de vue dissident mais simplement de le faire entendre.

11e thèse : Développer les synergies L’architecture d’Internet se prête à une logique de gratuité, de bénévolat et de coopération. Des sites sources alimentent des sites majeurs qui sont eux-mêmes relayés par une multitude de sites rediffuseurs, spécialisés ou localisés.

D’où le succès de la réinfosphère avec notamment :

12e thèse : Utiliser le développement d’internet pour mieux diffuser la vraie radio libre qu’est Radio Courtoisie.

Conclusions

Internet ne sera pas une martingale toujours gagnante.

Pour autant, alors que depuis quarante ans la pression de l’idéologie dominante, l’idéologie perroquet, n’a cessé de se renforcer, Internet peut bouleverser la donne :

  • – d’abord, parce que c’est un instrument qui retire du « temps de cerveau disponible » (Le Lay) aux grands médias : c’est toujours ça de pris !
  • – ensuite, parce que c’est une arme utilisable du faible au fort ;
  • – enfin, parce que c’est une arme au service des minorités agissantes qui sont aussi celles qui font l’histoire.

Le camp libertaro-identitaire ou communautaro-conservateur doit l’utiliser davantage encore, toutes générations confondues.

Jean-Yves Le Gallou

10/03/2010

Polémia

14/03/2010

Texte intégral : « Douze thèses pour un Gramscisme technologique »

Image: "Les Droits de l'homme", une oligarchie américaine

Jean-Yves Le Gallou

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite