Rubrique : Médiathèque / A La Une / Articles recommandés


Le : 05 Décembre 2010

« Bas les masques - De la désinformation sur l'école » de Claude Meunier-Berthelot

L’école va mal. Chacun en convient. Mais beaucoup pensent que les dirigeants politiques en sont conscients et qu’ils s’efforcent d’y porter remède. Il n’en est rien. L’ouvrage de Claude Meunier-Berthelot décrypte utilement cette désinformation sur l’école. Et démontre que depuis 2007 l’appauvrissement des contenus scolaires se poursuit, que la réforme du lycée reste inspirée par le pédago-ludisme et que la méthode globale d’apprentissage de la lecture a survécu la réforme Robien abolie en 2007. Non seulement la situation de l’éducation nationale est dégradée mais cette dégradation s’amplifie encore.

Polémia publie ci-dessous la préface de l’ouvrage de Claude-Meunier Berthelot. Jean-Yves Le Gallou s’y interroge : comment se fait-il que des innovations dont on constate qu’elles sont désastreuses soient toujours mises en œuvre avec plus de vigueur ? La gauche servirait-elle inconsciemment les intérêts du capitalisme mondialisé qui cherche des masses décérébrées ? Et comment échapper à cela sinon en sortant du système par la dissidence ?
Polémia

 

Préface

 

Une tradition, c’est une innovation qui a réussi et qui s’est imposée dans la durée. En leur temps, la philosophie grecque et la rhétorique romaine furent des innovations. Tout comme plus tard les méthodes d’enseignement des Jésuites et des Dominicains. Dans les années 1880, l’école républicaine fut aussi une innovation, élément essentiel d’un ascenseur social fondé sur le mérite.

Soixante ans d’innovations désastreuses

Dans l’immédiat après seconde guerre mondiale, ces innovations sélectionnées par leur réussite historique étaient devenues des traditions. Ces traditions respectées et l’enseignement des « humanités » dominaient alors le paysage de l’enseignement français.

Une série d’innovations se sont alors succédé.

- L’organisation du système scolaire a été changée : le plan, d’inspiration communiste, Langevin-Wallon, de 1947, a tracé les grandes lignes d’un nouveau projet ; un tronc commun mêlant tous les élèves et niant tout processus de sélection a été promu, le fameux collège unique ;
- L’enseignement du français a été transformé : l’analyse grammaticale a été délaissée et la méthode syllabique d’apprentissage de la lecture abandonnée au profit des méthodes globales ou semi-globales ;
- Enfin la philosophie même des études a été bouleversée ; dans la foulée de mai 1968 - mouvement pour qui « tout enseignant est enseigné, tout enseigné est enseignant » - le rapport maître/élève a évolué : les « méthodes actives » ont progressivement remplacé l’enseignement des « disciplines » ; « disciplines » dont par ailleurs le contenu a été appauvri.

Très rapidement, les effets désastreux de ces innovations sont apparus :

- démotivation des élèves et des professeurs ;
- baisse du niveau à la fin du cours préparatoire, du CM2 et au collège ;
- montée de l’illettrisme ;
- multiplication des enfants handicapés par la dyslexie : la méthode globale assurant la fortune des orthophonistes !

Dès 1981, le Club de l’Horloge, sous la signature de Didier Maupas, dressait l’acte d’échec des pédagomanes dans « l’Ecole en accusation ». Bien d’autres livres reprirent son antienne allant jusqu’à qualifier l’école de « Fabrique du crétin ».

Trente ans plus tard le mal a empiré. Non seulement les innovations néfastes ont été maintenues mais d’autres sont venues amplifier leurs effets. C’est l’un des mérites du livre de Claude Meunier-Berthelot que d’analyser l’évolution des quinze dernières années et de démasquer la désinformation sur l’école : de Chirac à Sarkozy, de Jospin à Fillon, d’Allègre à Chatel, c’est la même politique qui a été poursuivie, celle qui va toujours plus loin dans le sens des réformes désastreuses engagées de 1947 à 1968.

Cinq exemples de l’imposture sarkozyste

Au passage l’auteur démasque l’imposture du discours sarkozyste sur l’éducation nationale. Discours de « rupture » que les naïfs prennent pour une « rupture » avec les réformes néfastes alors que celles-ci sont, dans les faits, confortées et étendues.

Et l’auteur de citer cinq exemples :

- La carte scolaire n’est pas supprimée mais faussement assouplie ; pire : les critères officiels retenus pour examiner les demandes de dérogation ne prennent pas en compte l’intelligence et la capacité des élèves ; malheur à l’enfant à fort potentiel dont les parents ne sont pas des cas sociaux !
- La réforme du lycée accentue l’évolution vers la « grande récré » avec des professeurs appelés de plus en plus à jouer les « animateurs » et des disciplines aux contenus encore allégés ;
- La réforme des lycées vise aussi à pulvériser les filières d’excellences. A ce sujet, le propos tenu par Nicolas Sarkozy, le 13 octobre 2009, fait froid dans le dos : « Nous allons casser, mais casser (sic) une fois pour toute cette hiérarchie implicite des voies et des séries qui minent le lycée républicain (…) Orientation ne rimera plus avec sélection ». Des propos — parmi beaucoup d’autres cités par l’auteur — qui devraient déciller les yeux des Français sur les véritables objectifs du sarkozysme : supprimer ce qui reste d’excellence dans l’éducation nationale ;
- Le retour à la méthode syllabique d’apprentissage de la lecture, engagé par Gilles de Robien en 2004/2006, a été abandonné ; même si plus personne n’ose ouvertement défendre la méthode globale, l’apprentissage de la lecture continue de se faire à travers la méthode semi-globale ou des méthodes dites « visuelles, phonétiques ou par hypothèses » qui introduisent la confusion dans les jeunes esprits ;
- La réforme du mode de recrutement des maîtres à travers le CAPES n’a qu’un but : diminuer l’importance accordée dans le concours à la maîtrise des savoirs fondamentaux (dont la part descendra à 40%) au profit des épreuves permettant de jauger le conformisme des postulants, (connaissances pédagogiques, entretien avec le jury).

Décérébrer les masses pour mieux les asservir au capitalisme mondiali

L’auteur ne se contente pas de décrire le désastre éducatif et la désinformation qui vise à le faire accepter. Claude Meunier-Berthelot cherche à comprendre les causes de la persévérance dans l’erreur. Car la vraie question est bien là : pourquoi continue-t-on à imposer des réformes et des méthodes qui ont manifestement échoué ?

L’auteur pointe classiquement les syndicats dominants de l’éducation nationale et les pédagomanes et dénonce « l’idéologie marxiste ». Le lecteur frémit devant ce qui apparaît en première lecture comme un archaïsme et a envie de dire à l’auteur « réveillez-vous, le monde a changé » !

L’Union soviétique ne s’est-elle pas effondrée depuis 20 ans ? Le parti communiste n’est-il pas devenu moins que l’ombre de lui-même ? Les intellectuels marxistes n’ont-ils pas perdu de leur aura ? Raymond Aron n’est-il pas sorti vainqueur posthume de son combat avec Sartre ?

Tout cela est exact, et pourtant c’est toujours la même logique — communiste du plan Langevin-Wallon, de 1947, trotskiste de l’après 1968 — qui s’applique aujourd’hui. Les rares ministres qui ont tenté de s’y opposer — Alice Saunier-Seïté à la fin des années 1970, Gilles de Robien au milieu des années 2000 — ont été broyés par la machine et lâchés par leurs propres amis politiques.

Il y a dans cette situation la conséquence de ce que le Club de l’Horloge avait appelé un « Yalta culturel » : à la droite, l’économie, à la gauche, la culture et l’éducation.

Le propos mérite toutefois d’être complété et actualisé. En réformant l’enseignement, les marxistes avaient pour objectif de « socialiser les masses ». Ils sont parvenus à les décérébrer ! Et c’est ainsi qu’en cassant le système éducatif comme institution délivrant des savoirs et structurant des intelligences, les réformateurs de l’école ont servi les intérêts du capitalisme mondialisé. Car le mondialisme marchand a besoin de consommateurs interchangeables et dénués d’esprit critique. Il a aussi besoin de main-d’œuvre délocalisable. Les réformes de l’école abaissant le niveau général, vidant de contenu les humanités et coupant les enfants de leurs racines civilisationnelles vont donc dans le sens des intérêts de la superclasse mondiale. Car l’appauvrissement et le nivellement des contenus sont les préalables à « la mondialisation des cerveaux ».

Des préalables largement satisfaits ! Dans cette affaire les marxistes ont joué et continuent de jouer les idiots utiles du capitalisme. C’est aussi ce qui explique qu’aucun gouvernement — fut il réputé de « droite » - n’a cherché à tirer les conséquences de l’échec des innovations des soixante dernières années et encore moins à les rejeter, pour en revenir aux traditions. Un mot, il est vrai, mal vu par le politiquement correct !

Alors quelles sont les solutions ? La dissidence !

Les solutions ne sont guère électorales : certes le PS ou l’UMP ne tiennent pas exactement le même discours en période électorale mais leurs pratiques gouvernementales sont identiques. Les solutions sont donc à chercher dans la dissidence.

Quand ils le peuvent, les parents doivent reprendre en main l’instruction de leurs enfants : en particulier dans les premières années d’apprentissage de la lecture. Car un enfant qui saura lire aimera lire et pourra ainsi s’approprier la culture de sa famille et de son peuple.

Les parents doivent aussi choisir avec soin l’école de leurs enfants ; cela passe évidemment par :

  • - le choix de la localisation du logement ;
  • - l’appel au secteur privé lorsqu’il est performant ;
  • - les dérogations (voire la fraude !) à la carte scolaire lorsqu’elles sont nécessaires et possibles.

Ceci étant, il n’est pas certain que ces méthodes suffisent : les écoles publiques sont peu différentes les unes des autres ; et les écoles privées sous contrat sont souvent passées dans le même moule que les écoles publiques.

Il reste donc la solution du recours aux écoles indépendantes, les écoles privées hors contrat. Une voie d’avenir que cherche à développer avec succès la Fondation pour l’école. Une voie qui garantit la qualité des résultats : car les parents ne paieraient pas s’ils n’étaient pas satisfaits des résultats obtenus par leurs enfants.

Cette voie est évidemment étroite dans la mesure où peu de familles — même en faisant des sacrifices financiers importants — sont en mesure de prendre en charge intégralement la scolarité de leurs enfants. D’où l’importance d’obtenir des déductions fiscales — impôts sur le revenu, taxe d’habitation — pour les versements effectués aux écoles. A terme, la seule solution satisfaisante reste le chèque éducation permettant aux pauvres comme aux riches de choisir l’école de leurs enfants.

Dans le prolongement des travaux de la Fondation pour l’école, l’auteur explore ces voies dans sa conclusion. Une démarche utile et précieuse même si elle suppose de profonds bouleversements de la donne idéologique et politique.

Jean-Yves Le Gallou
0ctobre 2010

Claude Meunier-Berthelot, Bas les masques - De la désinformation sur l’école, préface de Jean-Yves Le Gallou, éditions des Trianons, octobre 2010 p 232, 20€
Chapitre.com

Polémia 05/12/2010

Jean-Yves Le Gallou

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite