Rubrique : Société / A La Une


Le : 19 Septembre 2012

Samedi 13 octobre : pour un grand bond offensif contre la tyrannie médiatique !

L’été a été propice aux scènes de genre : le magazine Les Inrockuptibles a recruté la journaliste de télévision, Audrey Pulvar, comme directrice éditoriale. Voilà donc un magazine qui se donne un air rebelle, dirigé par la compagne d’un ministre (Arnaud Montebourg), propriété d’un grand banquier d’affaires qui a pour clients les Etats français et grec (Matthieu Pigasse) et bénéficiaire de nombreuses subventions publiques.

Il y a là un résumé parfait de la tyrannie médiatique : les grands médias ne jouent plus le rôle de contre-pouvoir. Ils émanent du pouvoir dont ils sont devenus un instrument.

Propriétés de grands groupes ou de milliardaires, dirigés par des journalistes venus pour la plupart de la gauche ou de l'extrême gauche et proches du pouvoir politique, les médias de masse sont un instrument docile aux mains des pouvoirs financiers et idéologiques qui s’imposent aux Français.

Le rôle des médias n’est plus d’informer, encore moins de mettre les faits en perspective. Devenus les gardiens du dogme, leur vraie mission consiste à ignorer les vérités qui dérangent pour mettre en scène une société virtuelle.

Mais le réel finit toujours par se venger et l'ère de l'impunité s'achève pour les médiacrates et leurs protecteurs fortunés. Trois phénomènes changent la donne :

  • Les Français font de plus en plus la différence entre leur vie quotidienne et les contes à dormir debout répandus par les médias conformes ;
  • Les intellectuels sont chaque jour plus nombreux à vouloir défendre leur liberté de penser l’impensable ;
  • Internet brise le monopole des médias du Système et ouvre l'accès à l'information et à la discussion à tous.

L’heure du grand bond offensif est venue. A nouvelle donne, nouveaux outils, que Polémia présentera et promouvra le samedi 13 octobre pour sa cinquième Journée d’études de la réinformation. L’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique y sera présenté par son président Claude Chollet, de même que le projet de télévision alternative « Notre antenne » porté par Philippe Milliau.

Rendez-vous Fondation Dosnes-Thiers, 27 place Saint-Georges, 75009 Paris – Métro Saint-Georges.

Polémia
19/09/2012

Polémia
 

Cinquième Journée d’études de la réinformation

Face à la tyrannie médiatique : vers un grand bond offensif ?

« Nouvelles donnes, nouvelles cibles, nouveaux outils »

Samedi 13 octobre 2012 de 9h à 18h

 

9 h 15 - 9 h 45
Accueil des participants – Café de bienvenue

9 h 45 - 11 h 30 La nouvelle donne
La révolte du peuple et des intellectuels contre l'oligarchie médiatique
Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia

La décadence du journalisme : de Tintin redresseur de torts à la défense des puissants Michel Geoffroy, Polémia

11 h 30 - 12 h 15 Un nouvel outil
Les agences de presse régionales alternatives
Yves Le May, Novobreizh

12 h 30 - 14 h 15 Déjeuner
Repas convivial avec les intervenants (sur réservation lors de l’inscription)

14 h 30 - 15 h 30 Tribune libre : « Ils ont acheté la presse »
Les médias ? Non un contrepouvoir mais l’instrument du pouvoir !
Benjamin Dormann, MBA de finance, consultant, journaliste et essayiste, auteur de Ils ont acheté la presse, aux éditions Picollec

15 h 45 - 17 h 45 De nouveaux outils pour briser le monopole de l'oligarchie des médias
L’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) au service de la démocratie et de la transparence
Claude Chollet, président de l’Observatoire

Trente ans après les radios libres, enfin une télévision libre et dissidente !
Par Philippe Milliau, responsable du projet « Notre antenne »

17 h 45 - 18 h 30 Conclusions et pot de clôture

Pour en savoir plus :

Merci de remplir le bulletin d’inscription en cliquant ici et l’adresser par courriel avant le 7 octobre à l’adresse suivante :

polemia1@gmail.com

Polémia

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite