Rubrique : Société / A La Une / Articles recommandés


Le : 01 Octobre 2012

Feu sur les médias de l'oligarchie !

Samedi 13 octobre 2012 Polémia organisera la cinquième Journée de la réinformation. Le thème en sera : « Face à la tyrannie médiatique, pour un grand bond offensif ». Rendez-vous à Paris, dans les salons Dosnes-Thiers, à partir de 9h30, métro Saint-Georges.

Pour s’inscrire :

http://www.polemia.com/article.php?id=5064

_____________________________________________________________

 

En attendant, voici la présentation de la journée par Jean-Yves Le Gallou.

 

Question : Alors les médias ne sont plus intouchables ?

Réponse : Effectivement ! Les médias de l’oligarchie étaient intouchables lorsqu’ils avaient le monopole de l’information. Les critiquer c’était se condamner à ne jamais voir ses idées ou ses actions évoquées. Bref, c’était la mort sociale. Résultat : tout le monde les ménageait, voire les flattait. Aujourd’hui c’est fini. Certes, le sectarisme des médias de l’oligarchie n’a pas faibli, mais il est possible de se passer d’eux grâce aux médias alternatifs sur Internet.

Q. - Pourtant les médias de l’oligarchie restent craints…

R. - Assurément ! Le pathétique député UMP Lionel Luca a déclaré à Libération : « A droite, nous sommes des lâches. Si on veut faire carrière dans cette société moralisatrice, il faut être bien vu de ceux qui écrivent, ces curés laïcs qui donnent l’absolution au nom de ce qu’il faut penser. » Cette peur est minable d’autant qu’elle est de moins en moins justifiée ! L’opinion se méfie de plus en plus des médias. Il ne faut plus avoir peur des « curés laïcs » !

Q. - Alors vous voulez libérer la parole sur les médias ?

R. Oui. Il faut dénoncer leur parti pris, leurs à-peu-près, leurs mensonges, leurs bobards. Ce sera l’un des objets de la cinquième Journée de la réinformation. Michel Geoffroy se livrera sans complexe à une critique sévère des journalistes passés « de Tintin, grand reporter, à la défense des puissants ». Et Benjamin Dormann nous expliquera comment « ils ont acheté la presse ».

« Ils ont acheté la presse » de Benjamin Dormann -- Presse : le grand naufrage des « autorités morales »

Q. - « Ils ont acheté la presse », qui sont-ils ?

R. - Benjamin Dormann l’a écrit dans son livre et nous le dira. « Ils », ce sont les hommes du pouvoir, et notamment du pouvoir financier. Un journaliste de Libération, c’est un porte-plume de la banque Rothschild. Un journaliste du Monde, c’est un porte-flingue de la banque Lazard ! Les plumitifs de l’extrême gauche et le grand capital se sont alliés pour détruire les nations et les traditions.

Q. - Comment « s’informer sur ceux qui nous informent » ?

R. - C’est le travail de l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) que son président Claude Chollet viendra présenter, samedi 13 octobre aux auditeurs de Polémia.

http://www.ojim.fr/

Q. - Vous présenterez aussi des médias alternatifs ?

R. - Oui ! Yves Le May (Novobreizh) présentera les agences de presse régionales alternatives. Et Philippe Milliau, responsable du projet « Notre antenne », interviendra sur le thème « Trente ans après les radios libres, enfin une télévision libre et dissidente ».

Q. - Bref, c’est le grand bond offensif ?

R. - En tout cas la volonté de se débarrasser de la tyrannie médiatique qui paralyse les meilleures bonnes volontés.

Jean-Yves Le Gallou
Polémia
30/09/2012

Voir aussi :

Samedi 13 octobre : pour un grand bond offensif contre la tyrannie médiatique !
Cinquième Journée d'études de la réinformation - Bulletin d'inscription
http://www.dailymotion.com/video/xtwlvy_5e-journee-de-reinformation-de-polemia-entretien-avec-jean-yves-le-gallou_news

 

Jean-Yves Le Gallou

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite