Rubrique : Politique / A La Une / Articles recommandés


Le : 27 Octobre 2012

Pourquoi l'échec de la droite ? (1/2)

 Communication de J. Violette, à la XXVIIIe Université annuelle
du Club de l’Horloge, dont le thème général est
« L’union de la droite »
dimanche 21 octobre 2012
(Première partie)
 

___________________________________________________________

 
Introduction

Notre XXVIIIe université a pour thème l’union de la droite.
L’union de la droite découle d’une simple équation :

  • - la droite est majoritaire en voix dans notre pays, à la différence de 1981 : en 2012 le PS n'obtient que 16,5% des inscrits au premier tour des législatives quand l’UMP en obtient 22% et le FN 7% ; et F. Hollande n'a été élu en 2012 qu'avec 48,6% des voix des votants.
  • - mais la droite n'est désormais majoritaire qu'à la condition d'être plurielle, compte tenu du régime électoral actuel. La droite de gouvernement, quel que soit son sigle, ne peut plus gagner seule, comme l'a montré l'échec de la stratégie de recentrage idéologique et politique qu'elle mène depuis plus de 20 ans. Et la droite populiste, dont l'ancrage local est encore faible, ne peut pas gagner seule non plus. Et il est d’ailleurs dans la nature de la droite d'être plurielle, alors que la gauche est par vocation réductionniste, monolithique et intolérante.
  • - la seule alternative à l'union de la droite c'est donc, comme l’a montré 2012, la victoire durable de la gauche.

Tous les sondages montrent que les électeurs de droite sont favorables à une union de la droite. La recomposition de la droite est déjà dans les têtes, dans celles des électeurs de droite en tout cas. Elle est aussi dans la tête des abstentionnistes, qui sont devenus le premier parti de France car ils voudraient un vrai choix politique entre la gauche et la droite, qui n'existe plus aujourd'hui.

Ce sont les états-majors qui la refusent obstinément : soit parce qu’ils sont soumis au politiquement correct, soit parce qu’ils s’imaginent qu’ils peuvent gagner sans avoir d’alliés. Ce sont deux illusions mortelles pour la droite.

* * *

L'union de la droite suppose donc une rupture fondatrice, comme dans tous les grands tournants politiques. L'union ne s'impose pas naturellement, en effet, dans l'ordre politique, marqué au contraire par l'esprit de confrontation. Pour faire l'union, il faut donc sacrifier les conforts, les appétits et les susceptibilités. Il faut sacrifier la politique de l'instant au profit de la politique de l'histoire. Ce sacrifice-là est bien difficile aux politiciens !

La rupture doit d'abord être intellectuelle et morale : la droite de gouvernement doit avoir le courage de tuer le père, c'est-à-dire le politiquement correct et ses prophètes. C’est simple à faire : il suffit de préférer le verdict de l'électeur et des militants à celui des journalistes.

La rupture doit aussi être politique : la droite doit comprendre qu'elle ne peut plus gagner en ordre dispersé, face à une gauche maintenant installée au cœur du Système oligarchique qui cumule tous les pouvoirs et qui s'appuie sur tout un réseau de clientèles. L'échec de 2012 doit ouvrir la voie à la renaissance de la droite.

Avant de parler de la renaissance de la droite, revenons sur les raisons de son échec.

* * *

Un échec paradoxal

L’échec de la droite en France face à la gauche est paradoxal :

  • - la droite est en situation d’échec politique, alors que la gauche unie n’obtient plus aujourd’hui en France la majorité des inscrits ou des votants dans les urnes ;
  • - elle est en situation d’échec politique alors que de nombreuses études montrent que l’opinion publique majoritaire – y compris les jeunes – adopte plutôt des positions de plus en plus conservatrices en matière de mœurs, en matière sécuritaire, en matière de laïcité ou d’immigration, voire en matière de finances publiques ;
  • - elle est en situation d’échec politique alors que l'on observe une réticence croissante des intellectuels dans notre pays, vis-à-vis de l'idéologie dominante et de son expression politiquement correcte.

Il faut donc se demander pourquoi une droite potentiellement majoritaire a été battue par une gauche minoritaire dans les esprits et dans les urnes. Il y a plusieurs réponses à cette question :

  • - une réponse circonstancielle : la droite de gouvernement a été une victime collatérale de la crise économique, qui a été fatale à beaucoup de gouvernements européens en place, de gauche comme de droite ;
  • - une réponse politicienne : l’élection de F. Hollande à la présidentielle de 2012 repose non pas sur l’adhésion au projet socialiste mais sur le rejet de la personne de N. Sarkozy sensible dans tout l’électorat, y compris à droite.

Néanmoins ces deux réponses n’expliquent pas tout. Il y a en effet une raison de longue durée et de nature métapolitique à l’échec politique de la droite : si la gauche a gagné en 2012 c’est parce que la droite en France a commis des erreurs stratégiques fatales à la fin du XXe siècle.

C’est sur ce dernier type d’explication que l’on s’arrêtera, même si l’on ne doit pas oublier que dans toutes les catastrophes c’est la conjonction de différents facteurs – de court ou de long terme – qui est cruciale.

* * *

La droite en France a été battue par la gauche car elle a commis trois erreurs fatales à la fin du XXe siècle :

- elle a perdu son âme en abandonnant la lutte des idées ;
- elle a donné la préférence à ses ennemis par rapport à ses alliés ;
- elle s'est coupée du peuple français en trompant en permanence ses électeurs : c'est pourquoi ses électeurs ont commencé à la quitter.

Ces trois erreurs fatales ont un commun dénominateur : elles ont induit une dynamique suicidaire d’implosion de la droite, face à une gauche restée unie.

Pour cette raison deux droites politiques coexistent désormais de nos jours en France :

  • - une droite fantôme : fantôme, car elle n’est plus que l’ombre d’elle-même depuis qu’elle s’est ralliée au politiquement correct ; cette droite fantôme, bien qu’elle ait été une droite de gouvernement, n'en finit pas de décliner électoralement ; et aujourd’hui la droite fantôme a perdu son dernier argument : elle n’est plus au gouvernement !
  • - une droite populiste, diabolisée par le Système sous le vocable péjoratif « d'extrême droite », mais qui est en progression électorale ; la droite populiste a jusqu’alors été écartée du gouvernement.

Mais les deux droites réunies représentent un potentiel électoral supérieur à celui de la gauche. C’est bien pourquoi l'union de la droite est le cauchemar de la gauche et c’est pourquoi elle fait tout pour l’empêcher.

* * *

Revenons sur les trois erreurs fatales de la droite :

1/ Première erreur fatale : La droite de gouvernement a perdu son âme. C’est pourquoi elle est devenue un droite fantôme ou une droite zombie.

La droite de gouvernement a perdu son âme car elle a délaissé la lutte des idées à la fin du XXe siècle.

1.1
Des raisons exogènes

Il y a, certes, des raisons exogènes à cette crise intellectuelle et morale de la droite française.
Jusque dans la première moitié du XXe siècle, la droite en France rassemblait en effet de brillants penseurs, des intellectuels et des artistes. Elle était même une droite intellectuelle, parfois trop d'ailleurs, avant d'être politique.

1.1.1
La « révolution de 1944 », selon l’expression de l’historien D. Venner, c'est-à-dire l’Epuration qui a visé avant tout les intellectuels, les hommes politiques et les notables de droite assimilés à la Collaboration, y a mis un terme brutal. L’Epuration a installé durablement, au nom de l'antifascisme, le pouvoir culturel de la gauche, et notamment des communistes, dans notre pays grâce à la diabolisation des hommes et des idées de droite et grâce à la confiscation des organes de presse, des maisons d’édition, à la mise au pas du cinéma et à la mainmise sur la « culture », l'enseignement et l'université.
La gauche n'a jamais connu une telle répression ni une telle repentance, malgré les horreurs du communisme.
Nous ne sommes toujours pas sortis, en France, de ce Yalta culturel ni du climat de guerre civile froide qui en résulte, rituellement entretenu par la commémoration permanente des « heures sombres de notre histoire », opposant les bons (toujours de gauche et si possible étrangers) et les méchants (toujours de droite et toujours français).
La reductio ad hitlerum n'a ainsi cessé depuis lors d'être employée contre la droite alors qu'il n'y a plus de reductio ad stalinum dans notre pays depuis la répression hongroise de 1956. Les valeurs de la droite sont ainsi victimes, selon l'expression de Pascal Ory, d'une « rétro-satanisation » permanente, évidemment instrumentée par la gauche.

1.1.2
Mai-68 constitue un autre tournant intellectuel majeur, alors que les gaullistes n'y ont vu à l'époque que les drapeaux rouges de la « chienlit ».
Cette révolution culturelle, on le sait aujourd'hui avec le recul du temps, a en effet été le brise-glace du néo-capitalisme, c'est-à-dire du règne de l'argent-roi. Car ce que l'on va « contester », en réalité, ce sont les valeurs de la droite et de la tradition européenne précisément : les valeurs de patriotisme, de sacrifice, d'autorité, de hiérarchie, de respect des bonnes mœurs et des traditions, de différenciation des sexes et des rôles sociaux, d'épargne, de travail et de retenue.
La révolution culturelle de Mai-68 a aussi achevé de livrer l'enseignement, et notamment l'enseignement supérieur, puis les médias à l'idéologie de gauche. Elle a donné à la gauche de nouveaux moyens de façonner les esprits et d'entreprendre une stratégie de conquête du pouvoir culturel, qui verra son aboutissement dans la victoire de 1981 et dans la tyrannie du politiquement correct aujourd'hui.

1.2
Néanmoins le passé n'explique pas tout

Le passé n’explique pas tout car, malgré cette succession de coups d'arrêt, la droite a quand même fait preuve d'une belle résilience.
Une droite intellectuelle est née des épreuves, en particulier de la fin de la Guerre d'Algérie et après la révolution culturelle de Mai-68, convaincue de la nécessité de reprendre le combat culturel contre la gauche.
La progression continue de la droite populiste est une autre preuve de la résilience des idées de droite dans notre pays.
L'échec intellectuel de la droite ne résulte donc pas d'une fatalité : il résulte avant tout de l'aveuglement des responsables politiques de la droite de gouvernement, incapables de raisonner à long terme.

1.2.1
La droite de gouvernement a en effet fait preuve de suffisance :

- Elle a cru que la « bonne gestion de l’économie », c'est-à-dire la sienne, constituerait son meilleur argument électoral face à une gauche trop « doctrinaire ». On se souvient du slogan de Giscard d'Estaing après la victoire de la gauche en 1981 : « Ça marche mal : c'est socialiste», ce qui voulait dire que c'était sur le terrain de l'efficacité économique et sociale, et non sur celui des principes et des finalités, qu'il fallait combattre la gauche. Après la victoire de la gauche en 1981, la droite a en outre voulu surfer sur la vague Thatcher/Reagan, en opposant un libéralisme magnifié sur l'autel du libre-échange mondialiste au socialisme ringardisé. Devenue anglophile, la droite s’est donc emparée avec délices du prêt à penser libre-échangiste ;

- Mais en se concentrant sur les seules questions économiques et en se ralliant, au surplus, au néolibéralisme mondialiste, la droite s'est placée dans une impasse politique :

  • - une impasse, d'abord, parce que la gauche s'est rapidement ralliée à son tour au libre-échangisme mondialiste après le tournant de la rigueur en 1983 ; c'est même la grande mutation idéologique qui s'est produite à gauche à la fin du XXe siècle avec la chute de l'utopie communiste : la gauche a abandonné son projet de sortie du capitalisme pour se rallier, au contraire, au social-libéralisme mondialiste ; cela veut dire que la droite a donc perdu la capacité de se différencier de la gauche sur ce plan ;
  • - une impasse, ensuite, parce que la droite de gouvernement n'a pas fait mieux, finalement, que la gauche, à la fin du siècle, en matière économique ; car si autrefois la droite rimait avec économie, au sens vertueux du mot, avec confiance dans la monnaie ainsi qu’avec rigueur budgétaire et financière, elle a perdu aussi sur ce terrain-là !
  • - une impasse, enfin, parce que le néolibéralisme mondialiste se rattache comme la gauche à l’idéologie des Lumières. Le néolibéralisme mondialiste, ce sont les Lumières + le CAC 40, c'est-à-dire une idéologie qui est tout à l'opposé des valeurs de droite.

Le néolibéralisme dans sa version mondialiste prône en effet la « société ouverte », c'est-à-dire la déconstruction des traditions, des protections nationales et des frontières économiques et, finalement, de toutes les identités comme autant d’obstacles au « doux commerce » entre des individus égaux et « rationnels » car libérés de toute appartenance. Les peuples autochtones sont en outre perçus comme un obstacle à ce projet et non plus comme un levier.
On ne peut donc pas à la fois se déclarer en faveur de la famille, des traditions culturelles, de l’identité, de la citoyenneté ou de la nation et prôner cette idéologie : il y a dissonance cognitive entre les deux positionnements ! La droite ralliée au libre-échangisme mondialiste devient par conséquent inaudible ou bien n’est plus de droite : c’est justement ce qui lui est arrivé !

1.2.2
La droite suffisante a surtout manqué de courage intellectuel face à la gauche :

  • - La droite suffisante est d’abord restée sourde aux nombreuses voix qui s'étaient élevées dès les années 1970 pour dénoncer sa capitulation intellectuelle face à la gauche, que ce soit parmi les intellectuels (Maurice Druon, Michel Droit, Jean Cau, Louis Pauwels notamment) ou les clubs de réflexion (dont le CDH ou le Club 89), en particulier après la victoire de la gauche en 1981.
  • - En prenant la décision de cohabiter politiquement avec la gauche en 1986 afin de revenir au pouvoir, la droite de gouvernement a, au surplus, choisi la voie de la connivence idéologique durable avec la gauche, c'est-à-dire que face à la gauche elle n’a pas osé se réclamer de l’héritage intellectuel de la droite ; elle a, au contraire, trouvé plus confortable de lui emprunter ses valeurs et donc de combattre sur le terrain que celle-ci avait choisi : c’était une faute stratégique.

La droite a donc renié rapidement sa plateforme électorale qui lui avait pourtant permis de battre les socialistes et les communistes aux législatives de 1986. Ce choix incombe notamment à J. Chirac qui porte une lourde responsabilité personnelle dans l'affaire, même s'il a fait des émules. Si ce choix a profité personnellement à J. Chirac il s’est révélé désastreux pour la droite : la droite de gouvernement est, en effet, devenue progressivement de moins en moins discernable de la gauche.

Cette tendance, déjà perceptible dans les années 1970, n’a fait que s’accentuer.

Les mots d’ordre des hommes politiques de droite vont désormais provenir quasiment tous de la gauche : de la « nouvelle société » (car la société est bloquée par le conservatisme, bien sûr ! selon Chaban-Delmas), à la « réforme », « la société libérale avancée » (c'est-à-dire une sorte de social-démocratie : Giscard d’Estaing), « le travaillisme à la française » (Chirac), le « changement » et « Vivement demain » (en 1986), la « rupture » (Sarkozy après… Mitterrand en 1981). Le dernier chic à droite était d’ailleurs de se réclamer d’hommes de gauche : de Jaurès à Georges Mandel, ce que ne fait à l'inverse jamais la gauche.

Le débat sur les « valeurs » de l'UMP est d'ailleurs révélateur. Quelles sont ces « valeurs » en effet ?

Si l'on va sur le site de l'UMP on constate que le texte fondateur de 2002 n'est plus en ligne. On ne trouve qu'un court document qui est truffé de références sémantiques de gauche : « solidarité, éducation, respect, vivre ensemble », etc. On y lit aussi que « la nation républicaine fonde notre identité commune », ce qui revient à dire que la nation se résumerait à la République et que l'identité nationale serait uniquement de nature politique. Le texte définit aussi la liberté comme une valeur essentielle mais qui « permet à chacun d'imaginer, d'agir, de créer, de s'exprimer » : il s'agit donc d'une conception purement individualiste et narcissique de la liberté, les mots « chacun » et « individu » revenant d'ailleurs souvent dans le texte. Et quand M. Juppé déclare qu'il faut mettre à jour ces valeurs que dit-il ? Qu'il faut réussir l'intégration (des immigrés) et « rejeter la xénophobie et l'islamophobie » (leFigaro.fr du 18 juin 2012).

En d'autres termes, ces « valeurs » se différencient bien peu de l'univers mental de la gauche auquel elles font un grand emprunt. Comme le déclaraient d'ailleurs cet été Pierre Lellouche et Axel Poniatowski, députés UMP, à Paris Match : « On l'occulte toujours mais l'UMP se situe parfaitement en concordance avec le Parti démocrate [américain]. Et encore, on serait plutôt un peu plus à gauche » (Nouvelles de France, 31/8/2012).

En 30 ans, la droite de gouvernement s’est métamorphosée en avatar de la gauche : un avatar qui se prétend économiquement plus responsable ou plus « libéral » que la gauche, tout en se recommandant des valeurs de gauche. Cette droite s’est ainsi progressivement ralliée à l’égalitarisme, à la « lutte contre les inégalités » et donc à l’ingénierie sociale, puis à l'idéologie des droits de l’homme en déconstruisant la citoyenneté, à « l’antiracisme », à la discrimination positive, à l’écologisme, au féminisme, enfin au libre-échangisme mondialiste, à la perte de la souveraineté nationale, à l'atlantisme et, finalement, au cosmopolitisme.

1.2.3
Enfin, la droite de gouvernement, ayant délaissé la lutte des idées, est devenue aveugle :

Elle n'a pas vu venir le monde dans lequel nous allons vivre ni les nouveaux enjeux politiques qui en découlent. Engluée dans le court terme et les querelles de personnes, la droite fantôme n'a pas vu venir les nouveaux enjeux politiques de notre temps, à la différence d'un De Gaulle, par exemple, qui avait perçu la fin programmée de l'affrontement Est/Ouest, la montée en puissance de la Chine et des revendications nationales et identitaires des peuples d'Afrique et d'Asie, ou bien encore les limites de l'atlantisme. Mais on chercherait vainement des prophètes au RPR ou à l'UMP ! On trouverait tout au plus des perroquets, myopes, au surplus. La droite de gouvernement n'a pas vu venir que la marche du monde démontrait la fausseté des illusions mondialistes.

La droite de gouvernement n'a surtout pas vu venir les nouveaux clivages culturels et politiques qui émergeaient en Europe et en France : le clivage identité/cosmopolitisme, le clivage islam/chrétienté, le clivage oligarchie/peuple, le clivage souveraineté/mondialisme, le clivage protection/libre-échangisme. Sur tous ces sujets, qui sont autant de « grandes querelles », comme disait De Gaulle, la droite n’a rien eu à nous dire. Elle n’a donc nullement profité de ces nouvelles lignes de fracture politiques.

Voir deuxième partie

J. Violette
21/10/2012
(Club de l’Horloge)

Correspondance Polémia – 27/10/2012 

Image : Club de l’Horloge

J. Violette

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite