Rubrique : Politique / A La Une


Le : 04 Novembre 2012

Les Français ont toujours la parole et l'oligarchie ferait bien de les écouter

Chacun le sait, la démocratie française est malade. Les Français, constate-t-on à chaque élection, se détournent de la politique et les taux d’abstention augmentent de scrutin en scrutin. Fracture sociale ? Le mot a été prononcé pour la première fois par Jacques Chirac en 1995, lors de la présidentielle de l’époque. Aujourd’hui, on parle surtout d’une fracture entre peuple et élites. Des explications ? Il y en a plusieurs ; Michel Geoffroy nous en donne certainement la plus marquante, avec quelques chiffres : que l’oligarchie n’écoute pas les citoyens ?
Polémia

_________________________________________________________________________________________

 

L’islam, les jeunes et les banlieues

56% des personnes interrogées estiment que le racisme anti-Blancs se développe dans les quartiers des grandes villes (sondage TNS Sofres du 27 septembre 2012).

57% des personnes interrogées ont une image négative des « jeunes issus des quartiers populaires » (sondage Audirep/Afev, Les Echos 29 mars 2012).

83% des personnes interrogées estiment que les jeunes d’aujourd’hui sont « plutôt différents ou très différents » de ce qu’elles étaient au même âge ; 63% jugent les jeunes « égoïstes », 53% « paresseux » et 53% « intolérants » (sondage IPSOS/Logica Business Consulting/ Le Monde des 18 et 19 novembre 2011).

51% des personnes interrogées résidant en zone urbaine sensible estiment que l’action des forces de police et de gendarmerie est « peu ou pas efficace » (enquête Insee cadres de vie et sécurité, Les Echos du 20 décembre 2011).

76% des personnes interrogées estiment que l’islam progresse trop en France (sondage IFOP/Europe 1/Paris Match des 2 et 4 novembre 2011).

43% des personnes interrogées considèrent l’islam comme une menace, et 60% pensent que cette religion a désormais « trop d’importance » (sondage IFOP/Le Figaro, leFigaro.fr du 24 octobre 2012).

68% des personnes interrogées estiment que l’intégration des musulmans dans la société est un échec (sondage IFOP d’avril 2011, mise en ligne IFOP du 16 février 2012).

39% des personnes interrogées seulement se déclarent favorables au droit de vote des étrangers non européens aux élections locales, alors qu’elles étaient 55% en décembre 2011 (sondage IFOP des 18-19 septembre 2012).

L’action du président Hollande

Deux mois après son élection, 56% des personnes interrogées déclarent approuver l’action du président Hollande soit 11 points de moins que N. Sarkozy à la même époque en 2007 (tableau de bord politique Ifop/Paris Match des 5 et 6 juillet 2012).

54% des personnes interrogées se disent « mécontents » de l’action du président Hollande et 51% estiment que les choses changent plutôt mal en France (sondage IFOP des 6-8 août 2012).

53% des personnes interrogées ne font pas confiance au président Hollande (sondage CSA/ Les Echos publié le 13 septembre 2012) ; 53% des personnes interrogées ont une « mauvaise » opinion du président Hollande (sondage BVA des 13 et 14 septembre 2012).

56% des personnes interrogées se déclarent mécontentes du président Hollande (baromètre mensuel IFOP/ Le Journal du dimanche des 13 au 21 septembre 2012).

70% des personnes interrogées sont opposées à une hausse de la CSG pour compenser une diminution progressive des charges sur les salaires payées par les entreprises (sondage IFOP/ Sud Ouest Dimanche, Le Bulletin quotidien du 8 octobre 2012).

Le président Sarkozy

70% des personnes interrogées jugent négatif le bilan du président Sarkozy, et 73% estiment qu’il n’a pas été fidèle à ses promesses de campagne (sondage Opinion Way-Fiducial, Le Bulletin quotidien du 6 janvier 2012).

L’avenir

76% des personnes interrogées se déclarent inquiètes pour le montant de leur pension et 71% pour leur niveau de vie, une fois en retraite (sondage Ipsos/ Liaisons sociales magazine des 4-6 octobre 2012).

46% des personnes interrogées anticipent une baisse de leur pouvoir d’achat dans les mois à venir, soit 10 points de plus qu’en mai 2012 ; 65% des personnes interrogées jugent les prix des carburants « vraiment intolérables » (baromètre Viavoice BPCE des 23 et 24 août 2012).

77% des personnes interrogées placent le chômage en tête de leurs préoccupations (sondage Harris Interactive/ RTL, Les Echos du 3 février 2012) ; même résultat (76%) selon le sondage IFOP /Acteurs Publics des 16 et 17 mars 2012.

78% des personnes interrogées âgées de 18 à 25 ans se déclarent inquiètes pour l’avenir de la France et 65% ne pensent pas à l’avenir vivre mieux que leurs parents (sondage Viavoice/ Libération, Les Echos du 14 mars 2012).

68% des personnes interrogées se déclarent pessimistes sur leur avenir. C’est le score le plus bas pour une période d’après élection présidentielle (sondage IFOP/ Ouest France des 30 et 31 août 2012).

46% des membres des classes moyennes jugent que leurs finances se sont dégradées en dix ans (22e Observatoire des consommateurs Cetelem/ enquête TNS Sofres de décembre 2011).

L’Europe et la mondialisation

82% des personnes interrogées estiment que la mondialisation est négative pour l’emploi en France, 69% qu’elle est négative pour les déficits publics ; 70% estiment nécessaire de taxer les produits importés des pays émergents (sondage IFOP/ Manifeste pour un débat sur le libre-échange du 6 au 10 avril 2012).

56% des personnes interrogées souhaitent renforcer les pouvoirs nationaux « même si cela doit limiter ceux de l’Europe » (sondage Ipsos/ Le Monde, Le Monde du 10 mars 2012).

62% des personnes interrogées estiment que l’euro est un handicap pour le pouvoir d’achat, et 45% qu’il l’est pour l’économie française ; la proportion de ceux qui souhaitent un retour au franc a augmenté de 36% (sondage IPSOS/ Lire la société, Le Monde du 6 décembre 2012).

42% des personnes interrogées estiment que la France serait plus solide si elle était restée en dehors de l’euro (sondage CNN International/ Comres du 5 au 9 décembre 2011).

Michel Geoffroy
30/10/2012

Correspondance Polémia – 4/11/2012

Image : le non recours au référendum

Michel Geoffroy

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite