Rubrique :


Le : 09 Septembre 2003

Le PS et les trotskistes : petite histoire d'une instrumentalisation

La SFIO s'était contentée d'héberger en son sein divers groupuscules trotskistes. Le PS quant à lui va établir une véritable osmose avec la galaxie trotskiste.

Juin 1971, Mitterrand a fini par réussir à s'emparer du PS. Cependant, il lui reste encore un problème de taille à résoudre : le PS est confronté à un manque cruel de cadres. Pour palier ce problème, Mitterrand décide de se tourner vers les organisations trotskistes. Il charge alors son bras droit, Pierre Joxe, de recruter des cadres trotskistes. Après une petite enquête sur les diverses organisations trotskistes, Pierre Joxe se rend compte que seule l'OCI (Organisation communiste internationaliste) de Lambert pourrait accepter d'envoyer ses cadres au PS. En effet, Lutte ouvrière opère comme une secte repliée sur elle-même et la LCR, ne voyant pas en quoi cela pourrait lui être utile, rechigne à envoyer ses cadres. Elle préfère pratiquer l'entrisme dans les organisations amies et essayer d'en prendre le contrôle.
Après de courtes négociations, Lambert accepte d'envoyer des cadres de l'OCI au PS. Il espère, ainsi, radicaliser la ligne du PS et avoir un certain contrôle sur celle-ci. C'est dans ce type de climat qu'arrivent des cadres trotskistes comme Lionel Jospin au PS. La collaboration entre le PS et l'OCI ne se réduit pas à un simple transfert de cerveaux. L'OCI débauche ses militants pour faire du tractage à grande échelle en faveur du PS et son service d'ordre assure la protection de nombreuses manifestations socialistes. Mieux encore, la garde personnelle de certains caciques du PS est confiée au SO de l'OCI. A titre d'anecdote, on pourra rappeler que c'est le SO de l'OCI qui a été chargé de s'occuper de la foule qui s'était amassée, le soir du 10 mai 1981, place de la Bastille et que l'imposant tractage opéré en faveur de Mitterrand entre les deux tours de l'élection présidentielle est l'oeuvre des lambertistes...

Bénéficiant de la trahison de Jacques Chirac à l'égard de Valérie Giscard d'Estaing, François Mitterrand arrive au pouvoir le 10 mai 1981. Les efforts des lambertistes s'avèrent payants puisque, profitant de la vague rose, bon nombre de cadres trotskistes sont élus sous l'étiquette PS. Mais ce n'est rien comparé au sort de Lionel Jospin. Après avoir été le conseiller de Mitterrand, ce dernier est catapulté premier secrétaire du PS en 1981. Il le restera 7 ans. Rappelons tout de même qu'il est prouvé que Lionel Jospin agissait encore pour le compte de l'OCI en 1988... De son côté, Mitterrand les remerciera à sa façon de lui avoir permis de devenir le président de la république française. La disparition des dossiers sur les mouvements d'extrême gauche détenus par le ministère de l'intérieur permettra aux officines trotskistes de se refaire une virginité (fait révélé par l'ancien ministre de l'intérieur Charles Pasqua au forum RMC-Le Point-Infonie du 10/06/2001).
En 1986, sur demande de Mitterrand, 300 militants de l'OCI rallient le PS pour renforcer le courant Jospin et ainsi contrecarrer le courant Rocard. En échange, l'imprimerie de l'OCI alors en faillite est rachetée par la MNEF socialiste.
En 1988, les socialistes approfondissent leur collaboration avec les trotskistes en faisant entrer Lionel Jospin au gouvernement comme ministre de l'Éducation nationale. La même année, les trotskistes du PS décident de se fédérer autour de la Nouvelle École Socialiste, un courant lancé par Julien Dray (ex LCR) et Jean-Luc Mélenchon (ex OCI). Deux ans plus tard, suite à l'arrivée de Marie-Noëlle Lienemann (ex LCR), le courant est rebaptisé Gauche Socialiste.
Fin septembre 2002, le courant marxiste Démocratie et Égalité dirigé par Henri Emmanuelli et le courant trotskiste Gauche Socialiste fusionnent pour former un nouveau courant, Nouveau Monde. Rejetant cette fusion qui selon lui saborderait la Gauche Socialiste, Dray quitte la Gauche Socialiste et fonde, le mois suivant, avec Arnaud de Montebourg et Vincent Peillon le Nouveau Parti Socialiste, un courant réformateur.

Il est intéressant de noter que le premier réflexe du PS après sa raclée électorale lors des élections présidentielles de 2002 a été de proposer, en vain, à la seule organisation trotskiste valable, la LCR, d'intégrer la "gauche plurielle".


SOURCE : http://www.socialocommunisme-verite.org/pstrotskistes.php
Janvier 2003

 Imprimer ce document

Partager cet article sur twitter

Partager cet article sur Facebook

Envoyer cet article par mail

Aidez nous à vivre libre, versez un don (66% de déduction fiscale)

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite