Rubrique : Politique

Après l'esclavage, le 17 octobre 1961... la coupe de la repentance déborde !

Mensonges, manipulations, chiffres erronés, tout concourt à l’écriture d’une histoire partisane et culpabilisante pour les Français. Déjà, lors de sa récente visite au Sénégal, le président de la République s’était rendu à l’ile de Gorée pour rappeler à la mémoire de l’Univers les crimes de la traite négrière. Cette fois, c’est au tour des « victimes » des événements du 17 octobre 1961 à Paris.
François Hollande, devant se rendre en visite officielle en Algérie courant décembre, compte peut-être, avec ses manifestations et ses hommages, sur un accueil chaleureux de la part de ses hôtes!
Bernard Lugan remet les choses en place.

Auteur : Bernard Lugan - le 21 Octobre 2012

L'Education nationale met nos enfants en péril

L’idéologie rend-elle autiste ? C’est la question qui s’impose après les dernières prises de position et décisions, si contraires à l’intérêt national, du ministre de l’Education nationale, tant sur la dépénalisation du cannabis que sur la « refondation de l’école ».

Auteur : Claude Lorne - le 19 Octobre 2012

La France est en guerre et personne ne veut le dire

L'écrivain engagé Renaud Camus dit clairement que la France est en guerre et que ce que les médias appellent actes de violences ou incivilités sont en fait des actes de guerre menés contre la France et sa civilisation.

Auteur : Renaud Camus - le 18 Octobre 2012

Honneur aux soixante-dix !

Soixante-dix députés ont osé voter contre le TSCG.
Soixante-dix sur cinq cent soixante-huit votants, c’est peu.
Soixante-dix contre quatre cent soixante-dix-sept qui ont voté pour, c’est peu.

Mais soixante-dix qui, venant de tous les horizons politiques, ont osé se dresser contre les consignes d’état-major, contre l’intense pression médiatique, contre le conformisme, contre les petits calculs politiciens, contre la lâcheté servile, cela, en vérité, fait beaucoup.

Auteur : Jacques Sapir - le 10 Octobre 2012

Marseille rate la BAC - Entre République bananière et Chicago

Marseille ne fait plus rire personne. La ville de la galéjade est devenue un symbole de la diversité, puisque c’est un mot à la mode, des dégénérescences françaises. Quand le Paris-Dakar pouvait encore se dérouler en Afrique, dans une autre époque, puisque maintenant il a été chassé par les extrémistes musulmans en Amérique latine, on s’amusait d’une blague. « Quelle est la première étape africaine du Paris-Dakar ? Marseille bien sûr ».

Auteur : Jean Ansar - le 07 Octobre 2012

Robert Ménard lance le site d'information « Boulevard Voltaire »

Il y a un an Polémia recevait Robert Ménard lors de sa quatrième journée d’études de la réinformation, consacrée aux « Blogs dans la guerre médiatique ». « Le Monde » (banque Lazard) avait alors publié un article pour le dissuader de venir. Ménard n’avait pas plié. Il avait alors fustigé le conformisme des « 100 à 200 journalistes qui comptent ». A la rentrée 2012, Ménard a été privé de toute tribune à la radio et à la télévision. Il rebondit en créant un site d’information avec la participation de Bernard Lugan et Michel Cardoze, Jean Sévilla et Christophe Lagarde, Nicolas Gauthier et Vladimir Fédorowski et bien d’autres esprits libres. L’essayiste Dominique Jamet, ancien patron de la Bibliothèque de France, explique le projet de Boulevard Voltaire : le cercle des empêcheurs de penser en rond.

 

Auteur : Dominique Jamet - le 04 Octobre 2012

Regard écologique sur le surclassement social et son lien avec l'immigration

Frédéric Malaval, dont Polémia a déjà publié plusieurs analyses, évoque, dans le texte qui suit, les fondements scientifiques des approches politiques et montre que les scientifiques disposent de nouveaux outils d'analyse, malheureusement, à son goût insuffisamment diffusés, là où ils devraient l'être, notamment à l'université. Y recourir permettrait de s'affranchir du paradigme scientifique dominant à l'origine du paradigme politique dans lequel nous évoluons et dont la conséquence la plus directe est la société que nous subissons.

Auteur : Frédéric Malaval - le 03 Octobre 2012

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite