Rubrique : Politique

Comité d'entreprise EDF-GDF : de l'eau dans le gaz et de l'électricité dans l'air…

Après des séries de scandales retentissants qui ont mis en cause les plus hautes autorités de l'Etat et les principaux responsables politiques du pays, la loi sur le financement des partis politiques a permis d'assainir quelque peu la situation. Il n'est pas de même pour les syndicats toujours à la recherche de ressources et de différents subsides surtout depuis qu'ils souffrent d'une désaffection croissante et d'un manque cruel d'adhérents, déçus par les méthodes des leaders syndicaux et friands de nouveaux modes d'expression et de contestation sociales…

L'annonce récente des graves dé

Auteur : - le 31 Octobre 2003

Déclin français et « argentinisation » : et si l'on parlait de la responsabilité des institutions de la Ve République !

À partir du livre de Nicolas Baverez, un débat s'est ouvert sur le déclin français. Notion à la fois discutable (la France reste compétitive sur les marchés extérieurs et forte dans les industries de puissance comme l'aéronautique, l'espace ou le nucléaire) et incontestable au vu de l'état de ses finances publiques. L'ampleur des déficits, l'absence de maîtrise des dépenses publiques, l'incapacité à réformer l'Etat font en effet de la France l'homme malade de l'Europe, voire un pays en voie d' « argentinisation ».

Or l'explication par la « médiocrité » ou la « lâcheté » de la classe po

Auteur : - le 30 Septembre 2003

Il faut aller plus loin dans la régionalisation du cadre français

Alors que l'échec du référendum en Corse, et la montée de la violence dans l'île, semblent y paralyser toute nouvelle réforme régionale, le Parlement travaille sur un projet qui pourrait se révéler capital en matière de droit à l'expérimentation législative dans les régions.

Certains en tireront peut-être des conclusions renouvelant un débat qui semblait passionner les grandes personnes lorsque j'étais enfant : faut-il préférer l'opération de l'appendicite à chaud ou à froid ?

Si mon souvenir est bon, l'opération à froid était considérée comme préférable par les praticiens d'al

Auteur : - le 30 Aôut 2003

Le PS est-il tabou ?

Les Français au purgatoire. En silence !
La France peut rire de tout. Pas de la gauche ! Un Premier ministre slovaque peut se moquer librement des socialistes. Un Premier ministre français n'en a pas le droit. A croire que, levé sur les nations chrétiennes de l'est, le rideau de fer s'abat sur la France. Deux lois y contraignent la presse à l'autocensure. Et « les fiertés homos » en réclamaient récemment une troisième. Faut-il étendre le tabou aux socialistes et réduire les élus (de droite s'entend) au silence, Premier ministre compris ?

Traité de « bonimenteur » par Laurent Fabius

Auteur : - le 10 Juillet 2003

Le « souverainisme », combien de divisions ?

Le flou idéologique qui entoure en France l'étiquette « souverainiste » se répercute dans l'organisation particulièrement morcelée de ce courant politique, apparu sur la scène publique entre 1993 (référendum sur le traité de Maastricht) et 1999 (élections européennes), mais quelque peu aphone depuis l'implosion en vol du RPF villiéro-pasquaïen.
La division semble bien le maître-mot capable de désigner cette mouvance, comme l'a récemment démontré l'organisation le même jour à Paris (26 avril 2003), par deux organisations rivales, d'une « convention pour l'unité des mouvements souverainiste

Auteur : - le 02 Mai 2003

La gauche essoufflée

À quelque chose malheur est bon.
La 4e grève de l'Éducation nationale depuis la rentrée de septembre, et depuis l'arrivée de MM. Luc Ferry et Xavier Darcos, n'aura pas été inutile.

(…) On a eu l'occasion de mesurer effectivement l'idéologie de gauche dans notre pays. Certes, en face de cette idéologie, personne n'ose se prononcer clairement pour la liberté. Et quand se lèvent des voix non conformes, comme celle du directeur de l'Institut d'Études Politiques de Paris (2) osant réclamer que soit levé le tabou de la gratuité des études supérieures, personne n'a franchement le cour

Auteur : - le 07 Mai 2003

Droite parisienne : il faut avoir le courage de s'opposer à Delanoë !

Chaque jour qui passe voit la politique nuisible de la municipalité Delanoë s'imposer aux Parisiens. Dans l'indifférence quasi-générale, quand ce n'est pas la complice approbation, notamment de la plupart des médias mais aussi de nombreux élus UMP de la Capitale.
L'affaire du projet de tramway sur les boulevards des Maréchaux est à ce titre exemplaire.

Lorsque la question s'est posée, il y a quelques années, d'élargir l'offre en transports publics parisiens, il y avait trois solutions envisageables : deux étaient raisonnables, l'une était parfaitement déraisonnable.

La

Auteur : - le 25 Mars 2003

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite