Rubrique : Société

Partis bourgeois : le leurre des beurs

La récente promotion de Malek Boutih au sein de la direction nationale du Parti Socialiste pose, une fois de plus, la question de l'intégration des Français d'origine afro-maghrébine. Véritable « punching ball » du monde politique, ballotté entre une gauche démagogue qui veut bien des voix des nouveaux inscrits sur les listes électorales mais leur ouvre chichement les portes de ses instances dirigeantes et une droite qui a décidé, sous l'influence résolue de Jacques Chirac de pratiquer une ouverture plus franche aux jeunes Musulmans, Malek Boutih est l'archétype de cette « beurgeoisie » qui, d

Auteur : - le 25 Mai 2003

Le foulard islamique : un conflit de civilisation !

Le débat s'est ouvert au sein du gouvernement et de l'UMP : faut-il réglementer le port du foulard islamique ?
Jean-Pierre Raffarin est réservé : « Il faut éviter les conflits inutiles » dit-il, et Jacques Chirac recommande « la prudence ».
On peut comprendre les chefs de l'exécutif, on peut difficilement les approuver.

Car le conflit sur le port du foulard islamique est déjà engagé… par ceux qui veulent changer nos lois pour imposer leurs coutumes.
Le conflit est déjà engagé dans les écoles, les collèges et les lycées malgré les règlements intérieurs et les règles

Auteur : - le 15 Mai 2003

Quand le gouvernement pratique le jeu de go

La communication gouvernementale connaît une inflexion intéressante.
Luc Ferry a envoyé son livre-bilan sur l'éducation à chacun des 800.000 enseignants.
Jean-Pierre Raffarin s'apprête, lui, à adresser un courrier sur les retraites aux 40 millions d'électeurs.

On peut difficilement mieux faire pour contourner les bureaucraties syndicales et les oligarchies médiatiques que s'adresser ainsi directement à la base capable, elle, de bien comprendre les problèmes et les enjeux.

En jouant la périphérie contre le centre, le gouvernement Raffarin applique une règle d'or

Auteur : - le 09 Mai 2003

1er Mai : « fête du travail »… ou du désœuvrement ?

C'est insolite : que fait-on pour la fête du travail ? Tout ce que l'on veut, sauf travailler ! Cette obligation négative semble échapper à toute logique, et son absurdité même démontre bien que ce n'est pas le travail que l'on fête, mais son arrêt ; non pas la productivité, qualité majeure du travailleur depuis le "management scientifique" de Frederick Winslow Taylor (1911), mais son contraire, l'inefficacité, le loisir, le repos, le temps libre. Bref, le désœuvrement.

L'inaction est mal vue, c'est un fait, et on voit mal l'instauration officielle d'une fête de la nonchalance, encor

Auteur : - le 30 Avril 2003

Irak : la guerre terrestre n'a pas vraiment eu lieu

Il n'y a pas de guerre sans bobards de guerre.
Il n'y a pas de guerre moderne sans médias-mensonges.

En 1991, la fable des couveuses de Koweit-City et la présentation fallacieuse des forces irakiennes comme « quatrième armée du monde » ont permis la 1ère guerre du Golfe.
Et, en 1999, ce sont les images de quelques dizaines de familles sur des charrettes à cheval qui ont servi à faire croire que 200 000 Albanais persécutés quittaient le Kosovo pour justifier des bombardements massifs sur la Serbie.

Rendus plus attentifs, en 2003, les médias ont initialement affic

Auteur : - le 28 Avril 2003

De Paris à Bagdad : l'Islam et la démocratie

Ce qui est frappant dans la nouvelle Irak, sans Saddam Hussein et sous administration américaine, c'est la montée des forces religieuses.

Ce sont les forces religieuses - au moins dans le sud chiite - qui se mettent en avant pour rétablir l'ordre ; ce sont les chefs religieux qui se disputent le pouvoir ; ce sont les chefs religieux que les Américains cherchent - sans toujours beaucoup de succès d'ailleurs - à associer à leur jeu ; et ce sont encore des chefs religieux qui organisent la contestation aux projets de reconstruction américains.

Bref si ce que l'on voit et ce qu

Auteur : - le 17 Avril 2003

Front national : la monarchie médiatique

Avec la médiatisation et la scénarisation croissantes des campagnes électorales, le pouvoir des grands médias sur les choix politiques s'accroît.

L'histoire du courant écologiste est ainsi une succession de coups d'état médiatique : Lalonde s'imposant grâce aux télévisions face à Waechter en 1992 ; Cohn-Bendit intronisé par les médias comme leader européen des Verts en 1999 ; Lipietz désigné par les militants comme candidat à la présidentielle de 2002 avant d'être déboulonné par une intense campagne de dénigrement médiatique et remplacé par Mamère.

À chaque fois l'image et l

Auteur : - le 22 Avril 2003

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite