Rubrique : Europe

La Grèce ne peut plus différer sa sortie de la zone euro (Der Spiegel)

Le mot est lâché ! Le tabou est tombé. Murmurée depuis les dernières élections grecques qui ont débouché, comme chacun sait, sur la déroute des partis dominants et leur incapacité à constituer un gouvernement, la question du « Grexit » (pour Greek exit ou Sortie de la Grèce), même si elle divise encore les politiques et les économistes, est sur toutes les lèvres. A la Banque centrale européenne, comme dans chacune des capitales de la zone euro, on planche sur les plans d’urgence  et les experts affutent leurs crayons pour tenter de déterminer les conséquences et leur coût à la suite de l’abandon par la Grèce de la monnaie unique. Il y a moins d’une quinzaine, Polémia avait relevé une analyse récapitulative et prémonitoire du Spiegel dans sa livraison du 14/05/2012. Prélevée sur site Le Grand Soir qui en a assuré la traduction, elle la livre à ces lecteurs.

Auteur : Der Spiegel - le 25 Mai 2012

Un nationalisme à Belgrade : De Serbie, les médias, une fois de plus, n'avaient rien vu venir

La surprise est générale : « Serbie : l'ex-ultranationaliste reconverti en pro-européen est devenu le nouvel homme fort de la Serbie. », tel est le sous-titre de la Une du site Le Point.fr, du 22/05/2012. Tomislav Nokolic sort vainqueur des élections présidentielles serbes du 20 mai 2012. Mais tout en étant le pro-européen de la dernière heure, tout en proclamant qu’en dehors de l’Europe, point de salut, Tomislav Nikolic n’en demeure pas moins nationaliste. Il sera donc intéressant d’observer ses prises de position et surtout de suivre le déroulement des négociations, si toutefois elles ont bien lieu, lancées pour l’intégration de la Serbie dans l’Union européenne. Pour Jean Bonnevey contributeur régulier de Metamag.fr, chez qui Polémia a prélevé son article, le succès de Tomislav Nikolic traduit d'abord une défaite de l’Europe.


Auteur : Jean Bonnevey - le 22 Mai 2012

Les élections en Grèce et en France annoncent de nouveaux conflits sociaux à l'horizon

Polémia a relevé sur la toile un article publié par le World Socialist Web Site, dont on connaît la couleur politique : cet organe du Comité international de la Quatrième Internationale a pour responsable éditorial le militant trotskyste David North. Cet article est intéressant par la perspective sociale et politique qu’il donne aux événements électoraux européens du 6 mai dernier. Selon WSWS, la « lutte finale » ne sera pas gagnée par les « travailleurs », mais bien par les marchés financiers, pourvoyeurs de fonds aux Etats en déliquescence. Alors, encore une fois, à quoi servent  les élections, outils de la démocratie comme la démocratie est l'outil du mondialisme ?
Polémia présente cet article comme un éclairage qui montre une fois de plus que l'économie est entre les mains de l'oligarchie mondiale et que ce sont « les marchés qui imposeront leur volonté au nouveau président ». Cela ne veut pas dire que nous partageons les objectifs doctrinaux de ce Comité.

Auteur : Peter Schwarz - le 12 Mai 2012

Timeo Danaos… et « dettam » ferentes

La Grèce, point de mire de toute l’Europe, sortira-t-elle ou non de l’euro ? Cette petite démocratie, dont le peuple ne supporte plus les oukases de Bruxelles, est au bord du chaos généralisé. Plongée dans une paralysie politique depuis les élections de dimanche dernier qui n’ont dégagé aucune majorité, la Grèce rend fous tant les instances européennes que les investisseurs étrangers qui ne craignent qu’une seule chose, qu’elle s’abandonne aux forces anti-rigueur exprimées par les urnes. Françoise Monestier, qui a une bonne connaissance du pays, tente d’apporter un peu de clarté à une situation pour le moins inextricable, qui, c’est à craindre, peut fort bien gagner d’autres démocraties en déliquescence.

Auteur : Françoise Monestier - le 12 Mai 2012

Le piège mortel du mondialisme de l'Union européenne : 3/3- La perte de la souveraineté monétaire

Après avoir développé son analyse sur l’Europe et l’ultralibéralisme d’une part, et la dette publique d’autre part, Antraigues se livre, dans cette troisième et dernière partie, à un nouvel exercice tout à fait complémentaire aux deux premiers en reliant économie et monnaie à souveraineté.

Auteur : Antraigues - le 03 Mai 2012

Le piège mortel du mondialisme de l'Union européenne : 2/3- La dette

Antraigues poursuit son analyse. Dans une première partie il a traité de l’ultralibéralisme et de ses contraintes économiques. Dans cette deuxième partie, il aborde le sujet de la dette, conséquence mécanique de l'ouverture des frontières et de l'abandon de la souveraineté monétaire, et pourtant utlisée comme prétexte pour de nouveaux abandons de souveraineté..

Auteur : Antraigues - le 03 Mai 2012

Le piège mortel du mondialisme de l'Union européenne :1/3- L'Europe et l' « ultralibéralisme »

Hollande ou Sarkozy, quel qu’il soit, l’élection d’un président de la République, le 6 mai 2012, ne changera rien aux contraintes économiques de la France. La question économique cruciale est la suivante : comment dans le cadre d’une monnaie unique et d’une Union européenne ultra-échangiste la France peut-elle rester un pays de production ? Et a contrario comment un gouvernement peut-il sérieusement espérer créer des emplois sans rétablir des écluses douanières et monétaires ? En dehors de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen, ces questions n’ont guère été abordées lors de l’élection présidentielle, elles sont pourtant déterminantes. Polytechnicien et disciple de Maurice Allais, Antraigues fait le point pour Polémia. L’intégralité de ce texte de fond est disponible en PDF. En voici la première partie consacrée à l’Europe et l’ultra-libéralisme.

Auteur : Antraigues - le 02 Mai 2012

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite