Rubrique : Europe

Fenêtre de tir : Pour une Confédération des Euronations

Face à la crise économique et à la dislocation géopolitique en cours telle que décrite dans la toute dernière livraison des Laboratoires Européens d’Anticipation Politique (LEAP), le mythe d’une « union nationale des partis de gouvernement » revient en force. A contre courant, les quelques lignes qui suivent identifient une fenêtre de tir pour une « synthèse euro-nationale » associant souverainistes et euro-protectionnistes qui de droite ou de gauche refusent les diktats de la mondialisation.

Auteur : J.H. d'Avirac - le 22 Décembre 2011

Les fédéralistes finiront par tuer l'idée européenne

Interrogé par le quotidien québécois Le devoir Hubert Védrine met les pieds dans le plat. Il fustige le énième « sommet de la dernière chance » et ironise sur « la refondation de l’Europe » qui n’est rien d’autre qu’un mot-valise. Védrine affirme qu’il faut non rassurer mais « dompter les marchés » « qui ne sont pas un rassemblement de vieilles dames inquiètes mais un marécage de crocodiles ». Et pour cela il ne voit pas d’autre solution que l’intervention de la Banque centrale européenne comme prêteur de dernier recours. Une manière pour la BCE de prouver son indépendance à l’égard de… l’Allemagne. Prudent sur le protectionnisme, Védrine ne pense pas moins que l’Europe doit cesser d’être « l’idiot du village global ».

Auteur : Christian Rioux - Hubert Védrine - le 19 Décembre 2011

L'Europe, ce lit de Procuste

Les efforts des leaders européens pour faire rentrer une série de pays différents dans une cage financière rigide sont voués à l’échec. Mais cela fait partie d’un plan sur le long terme pour instaurer une super-monnaie mondiale qui ne pourra qu’apporter plus de souffrances aux travailleurs ordinaires. L’on se demande de plus en plus aujourd’hui « Pourquoi grands dieux les Européens ont-ils accepté de mettre en place une seule monnaie pour toute l’Europe ? »

Auteur : Adrian Salbuchi - le 19 Décembre 2011

L'Union européenne contre l'Europe

Le sentiment européen a pris son essor après 1945. L’Union européenne s’est alors construite autour d’un slogan : « L’Europe c’est la paix ». Aujourd’hui le souvenir des guerres entre Européens s’efface au moment où l’Union européenne multiplie les causes de friction entre Etats et entre peuples. « L’Europe c’est la paix » mais l’Union européenne c’est une source de multiples conflits. Explications.

Auteur : Andrea Massari - le 24 Novembre 2011

Goldman Sachs : le putsch du désespoir

Le feuilleton chaotique de la crise poursuit son cours. Chaque jour un élément nouveau, contradictoire, imprécis, alarmiste, rassurant… est offert aux pauvres peuples européens, qui n’y comprennent plus rien, dirigés qu’ils sont par des eurocrates aux pouvoirs sans limites et aux décisions qui renient même la démocratie – l’épisode le plus spectaculaire étant celui du référendum grec. Polémia a reçu de son correspondant italien une communication intéressante par son originalité, qui montre comment est perçue en Italie l'arrivée de Mario Monti et qui explique en quoi le triple coup d’Etat sur l'Europe (avec Mario Monti, Mario Draghi et Loukas Papademos) est probablement une manœuvre obligée, et un signe de désespoir. Cette tribune a été amputée de quelques phrases en début et en fin de texte, sans incidence sur la compréhension du contenu.

Auteur : Maurizio Blondet - le 19 Novembre 2011

Les Etats désunis d'Europe

Seules les crises font avancer l'Europe. Telle est la bouée à laquelle s'agrippent ses partisans, en pleine mer démontée. Pourtant, la situation est paradoxale : la solution fédérale recueille un assentiment inédit chez les dirigeants et les experts, alors même que la confiance des peuples dans l'Union européenne se disloque et que sa renationalisation se confirme. Certes, l'idée d'une discipline budgétaire est enfin admise sur le continent entier, pour que le feu grec ne s'étende pas. Mais derrière ce consensus subit, voici la réalité : les grandes capitales ont repris la main, les institutions européennes sont inaudibles.

Auteur : Piotr Smolar - le 12 Novembre 2011

Draghi, Papadimos, Monti : le putsch de Goldman Sachs sur l'Europe (édito 11/2011)

Mario Draghi est le nouveau patron de la Banque centrale européenne (BCE). Loukas Papadimos vient d’être désigné comme premier ministre grec. Mario Monti est pressenti comme président du conseil italien. Ce sont trois financiers formés aux Etats-Unis, dont deux anciens responsables de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Est-il bien raisonnable de recruter les incendiaires comme pompiers ?

Auteur : Polémia - le 10 Novembre 2011

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite