Rubrique : Economie

Sortir du mondialisme, c'est possible : l'exemple de l'Argentine

Toujours cette même question lancinante : sortir ou ne pas sortir de l’euro ? La confusion s’est installée chez les peuples de la zone euro. Aurons-nous une réponse cohérente avant que l’euro et sa zone n’implosent ?
Aymeric Chauprade, de retour d’Argentine, s'explique : « Il faut être aveugle ou d’une grande mauvaise foi pour ne pas reconnaître que depuis que l’Argentine suit une voie protectionniste et nationaliste (comme la Russie et la Chine), elle va mille fois mieux que lorsqu’elle suivait les recettes libérales et pro-américaines du Libano-Argentin Menem. »
En ce jour du premier tour des élections législatives en France, Aymeric Chauprade fournit aux électeurs quelques éléments de réflexion.

Auteur : Aymeric Chauprade - le 10 Juin 2012

Les mesures d'austérité conduisent l'Europe au suicide, affirme un prix Nobel d'économie

L’élection française à la présidence de la République a exacerbé les prises de position relatives aux plans d’austérité à mettre en place pour tenter d’éponger sinon d’éliminer les dettes souveraines de chacun des pays membres de l'Union européenne. La pierre d’achoppement est tout simplement, si l’on peut dire, s’il faut ou non accompagner les programmes d’austérité d’un pacte de croissance. Pour faire simple, doit-on financer la croissance par le déficit budgétaire ou se limiter à réduire les dépenses publiques et augmenter les impôts ? Nombreux sont les experts qui se sont prononcés pour l’une ou l’autre orientation. Nous présentons ici à nos lecteurs un avis, parmi d’autres, émanant d’un économiste de grande renommée, le prix Nobel Joseph Stiglitz.

Auteur : Zoe Schneeweiss - le 14 Mai 2012

L'idéologie cosmopolite à l'origine de la crise économique

La crise économique et financière a fait l’objet de beaucoup d’analyses superficielles. A contrario, Polémia s’efforce de s’attacher au fond des choses. Ainsi, sur le plan strictement économique, Henry de Lesquen, s’inscrivant dans le prolongement de l’école autrichienne, a bien montré le rôle causal, dans la crise, de l’excès de crédit et de la politique monétaire irresponsable de la banque fédérale de réserve américaine. Marc Rousset et Gérard Dussouy ont, eux, insisté sur les coûts économiques et sociaux du libre-échange, dans le prolongement des travaux du prix Nobel Maurice Allais. Jean Persevay revient ici sur l’ouvrage de Pierre Milloz, Le cosmopolitisme ou la France, qui conduit à s’interroger aux causes idéologiques des troubles économiques et financiers actuels.

Auteur : Jean Persevay - le 12 Avril 2012

Espagne : EuroVegas, future zone de non droit ou comment on déshabille l'Etat-nation

Il existe, parmi d’autres, un Américain complètement mégalomane, détenteur de la 13e fortune mondiale, qui, après avoir gagné beaucoup d'argent dans la promotion immobilière, s’est lancé dans l’achat et la construction de casinos gigantesques. Il s’agit du milliardaire Sheldon Adelson, propriétaire notamment des casinos–hotels de Las Vegas, de Singapour et de Macao. Aujourd’hui, il entend conquérir l’Europe et il porte ses vues sur l’Espagne, mettant en concurrence Madrid et Barcelone, déjà rivales sur les terrains de foot, pour accueillir son projet Eurovegas, le Las Vegas européen. Le projet prometteur – 260.000 emplois, 11 millions de touristes – pour les deux métropoles d’une Espagne happée par la crise et où le taux de chômage a dépassé la barre des 22%, est évidemment tentant, mais à quel prix !

Auteur : Contre Info.info - le 28 Mars 2012

Les raisons de la crise économique : les éclairages de l'école autrichienne

A la suite de la banque fédérale de réserve américaine, la Banque centrale européenne s’est lancée dans la création monétaire. Le président de la BCE, Mario Draghi, ancien de Goldman Sachs, a ouvert les vannes du crédit aux banques au taux de 1% ; à charge pour elles de financer les entreprises et les Etats en réalisant au passage une marge confortable. C’est une nouvelle fuite en avant que l’article qui suit éclaire. Son auteur, Henry de Lesquen, expose les erreurs des deux théories économiques dominantes (keynésianisme et monétarisme).

Auteur : Henry de Lesquen - le 02 Mars 2012

La nouvelle usine Renault au Maroc, symbole de notre suicide économique !

Chômage des travailleurs européens ou profits des multinationales dans les pays émergents fournissant des produits manufacturés à l’Europe : il va falloir choisir ! Sinon la révolte éclatera d’une façon inéluctable lorsque le taux de chômage sera tellement insupportable que la folie libre échangiste mondialiste apparaitra comme un nez au milieu de la figure ! Pour l’instant nous sommes seulement à mi-chemin de la gigantesque entreprise de désindustrialisation initiée dans les années 1950 aux Etats-Unis pour favoriser les grandes entreprises américaines, et dont le flambeau a été depuis repris par toutes les sociétés multinationales de la planète ! Pendant ces 30 dernières années, la France a perdu 3 millions d’emplois industriels, l’une des principales raisons de la crise de notre dette souveraine !

Auteur : Marc Rousset - le 23 Février 2012

L'impact macro-économique de l'immigration

A côté des coûts budgétaires, que l’on pourrait qualifier de micro-économiques, bien caractérisés par des écritures comptables inscrites dans un budget – ce qu’ont fait avec talent nos intervenants précédents – on peut identifier des coûts macro-économiques, diffus, quasi invisibles car noyés dans la masse, qui se reflètent dans les agrégats macroéconomiques de la France ou dans la comptabilité nationale ; mais qui existent bien quand même.

Auteur : Yves-Marie Laulan - le 19 Février 2012

 

Pourquoi Polémia ?

Parce que dans un monde en proie au chaos et de plus en plus dominé par le choc des civilisations, il faut avoir le courage de déceler les nouvelles lignes de fracture et de discerner les conflits à venir pour mieux les prévenir. Lire la suite